R.M.G.: vers un plan B

Partager

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) La mobilisation des citoyens a finalement incité le conseil municipal de Shawinigan à mettre fin au processus de modification du règlement de zonage qui visait à permettre à l'entreprise Excavations R.M.G. d'exploiter un centre de tri sur sa propriété. Les discussions se poursuivent cependant pour passer à un plan B, qui serait situé dans un parc industriel.

Bien qu'il ne s'agissait évidemment pas de l'option privilégiée par l'entreprise, Éric Provencher, directeur de projets chez Excavations R.M.G., assure que cette décision n'est pas accueillie comme un irritant. «Nous travaillons sur une autre solution», laisse-t-il tomber, sans vouloir aller plus loin pour le moment.

Les élus ont mis fin au processus en assemblée extraordinaire, lundi soir. La résolution a été proposée par le conseiller du district de la Rivière, Jacques Grenier, plutôt favorable à la réalisation de ce projet. Il doit également se battre contre la perception des résidents de ce secteur, qui considèrent que ses liens d'amitié avec les dirigeants d'Excavations R.M.G. l'empêchent de bien les défendre dans ce dossier, comme dans celui de la sablière sur la 50e Avenue.

«Je voulais proposer la résolution pour mettre un terme au projet... en sachant qu'il y avait un plan B qui s'en venait», précise-t-il. «Je comprends les doléances des citoyens, mais à un moment donné, je vois la création d'emplois et les avantages de ce projet. Moins de déchets au centre d'enfouissement de Saint-Étienne-des-Grès signifie des coûts moins importants pour la Ville et une durée de vie prolongée. Le projet créerait aussi 20 ou 25 emplois. On n'a pas les moyens de cracher là-dessus.»

«De plus, Excavations R.M.G. a commencé à se développer à Trois-Rivières, où ils ont beaucoup de contrats», ajoute-t-il. «Je voyais qu'il y avait une forte possibilité qu'ils s'en aillent là. À un moment donné, il faut garder nos affaires chez nous!»

La Ville analyse des options dans le Technoparc de l'énergie, mais il n'est pas exclu qu'un autre parc industriel accueille ce projet.

Médiateur

M. Grenier rappelle que le promoteur avait respecté les demandes des citoyens formulées à l'assemblée de consultation du 26 juin. Malgré tout, à la rencontre d'information du 29 octobre, des résidents ont continué à s'élever contre ce projet. «Avec toutes les pressions des citoyens, j'ai parlé au promoteur», raconte le conseiller. «Il fallait trouver un plan B, sans quoi ça ne finirait jamais.»

M. Grenier maintient que l'opposition n'était pas généralisée.

«C'est quatre ou cinq personnes», souligne-t-il. «Même à l'assemblée d'information, certains étaient là sans même résider dans le secteur. Ceux qui sont en faveur du projet ou qui sont neutres ne se pointeront pas à ce genre de rencontre. Même si le promoteur avait demandé une remise, ça n'aurait pas fait l'affaire!»

De son côté, le maire, Michel Angers, reconnaît que les récriminations des citoyens ont produit leur effet. Il insiste sur le fait que les élus ont appuyé unanimement la résolution qui mettait fin au processus de changement de zonage.

«Dans le contexte actuel, nous disons non à l'endroit proposé et nous tentons de localiser leur projet ailleurs, loin des quartiers résidentiels», dit M. Angers. «Si l'entreprise n'est pas intéressée par les autres sites proposés, il n'y aura pas de projet. C'est assez clair.»

Le maire observe que les résidents avaient perdu confiance en Excavations R.M.G., en raison de sa gestion du dossier de la sablière sur la 50e Avenue. À la longue, cette entreprise ne risque-t-elle pas de considérer qu'il soit compliqué de brasser des affaires à Shawinigan?

«Quand on fait les choses selon les règles de l'art, il n'y a pas de problème», assure M. Angers. «Mais nous sommes pris dans un dilemme avec M. (Claude) Laforme sur un dossier de sablière illégale et Excavations R.M.G. travaille avec lui. Le centre de tri est un dossier intéressant, mais pas à l'endroit qui était indiqué. On ne peut pas faire fi de l'état d'esprit des citoyens. Il faut trouver un site qui sera loin de toute oreille et nous en avons.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer