Les consultants favorisent une solution locale

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Les citoyens qui habitent dans le secteur de l'ancien centre de ski de Saint-Mathieu-du-Parc ne savent pas encore comment seront traités leurs eaux usées, mais le scénario de raccordement avec le réseau public de Shawinigan prend du plomb dans l'aile.

Hier soir, une cinquantaine de résidents réunis au centre communautaire ont entendu les représentants de la firme de consultants Roy & Vézina associés suggérer à la Municipalité de favoriser une solution de traitement local.

Sans vouloir avancer de montants précis pour le moment, ils estiment néanmoins que l'aménagement d'un système Bionest ou Premier Tech représenterait une économie de 25 % par rapport à l'alternative shawiniganaise.

Les citoyens présents souhaitaient obtenir une idée plus précise des montants en jeu, mais des vérifications doivent notamment être effectuées avec le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l'Occupation du territoire pour connaître les subventions disponibles avant d'avoir une idée plus juste des coûts.

Dans son étude, Roy & Vézina associés s'est penchée sur quatre scénarios.

Celui consistant à pomper les eaux usées de la cinquantaine de propriétés concernées jusqu'à la station d'épuration du secteur Saint-Gérard-des-Laurentides apparaît la moins intéressante pour le moment, puisqu'il s'agit de la plus dispendieuse.

Dans le même registre, un système innovateur consisterait à aménager une fosse septique au bas de la montagne pour intercepter les déchets solides.

L'eau usée serait ensuite pompée jusqu'à Saint-Gérard-des-Laurentides, sans les résidus. Un nouveau traitement des odeurs à l'usine d'épuration deviendrait cependant nécessaire.

Les experts assurent que les équipements en place à Saint-Gérard-des-Laurentides pourraient recevoir le volume généré par les résidents de la montagne sans problème. Environ 65 000 litres sont évacués à chaque jour.

Malgré tout, Roy & Vézina associés considère que le traitement local demeure la meilleure solution. Selon les premières évaluations, les coûts du réacteur Bionest ou du système Rotofix de Premier Tech semblent comparables.

Dans chaque cas, les eaux usées seraient traitées avant d'être déversées dans la rivière Shawinigan. Rappelons qu'actuellement, ces rejets aboutissent au même endroit, mais sans traitement.

L'autonomie du réseau et le contrôle des coûts futurs représentent aussi de gros avantages du système de traitement local, résume Paul Roy, associé principal chez Roy & Vézina.

Le maire, Claude Mayrand, préfère toutefois attendre les discussions entre les élus avant d'éliminer le scénario avec la ville voisine.

«On va voir ce qui est le plus plausible, le plus efficace au meilleur coût», résume-t-il. «Je ne ferme aucune porte. Mais c'est sûr que nous devons respecter la capacité de payer des gens.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer