Deschamps se retire le coeur gros

Hier après-midi, Robert Deschamps a acheminé une lettre... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Hier après-midi, Robert Deschamps a acheminé une lettre au président d'élection à Shawinigan, Me Yves Vincent, afin de lui confirmer son retrait de la course à la mairie. Une décision déchirante pour ce résident du lac des Piles.

Photo: François Gervais

Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Shawinigan) Moins d'une semaine après avoir été le premier à produire sa déclaration de candidat à la mairie de Shawinigan, Robert Deschamps se retire de la course.

Extrêmement bouleversé et ému, l'homme de 69 ans invoque une raison médicale pour expliquer cette déchirante décision. Prescription d'un médecin de la clinique ambulatoire du centre d'hébergement Laflèche à l'appui, il précise qu'il doit prendre un repos de trois mois, une recommandation qui se conjugue plutôt mal avec la fébrilité d'une campagne électorale.

M. Deschamps a ressenti un malaise à la poitrine quelques heures après avoir participé à la conférence d'information de la Chambre de commerce et d'industrie de Shawinigan, mercredi matin. L'organisme dévoilait sa programmation électorale et à la suite d'un tirage au sort, il avait été établi que l'ex-député de Saint-Maurice présenterait ses priorités pour le développement économique le 8 octobre.

Après un dîner au restaurant Le Palace du secteur Grand-Mère, M. Deschamps ne s'est pas senti bien. Il s'est rendu de lui-même au Centre Laflèche en milieu d'après-midi. Il a subi divers tests jusqu'à 21 h et, à ce moment, le médecin à l'urgence lui a lancé un avertissement: c'est la politique ou la santé.

M. Deschamps a jonglé avec son avenir pendant toute la nuit et hier matin, il a pris sa décision. Après avoir avisé son équipe, son agent officiel s'est déplacé à l'hôtel de ville de Shawinigan, où il a remis la lettre officielle de désistement au président d'élection, Me Yves Vincent.

«Je prenais ça très à coeur», commente-t-il. «J'étais très engagé et ça provoquait du stress. J'avais le choix de continuer, mais mon médecin m'a prévenu que je risquais de perdre de belles années.»

Grand sportif, M. Deschamps accepte difficilement qu'une question de santé l'écarte de cette palpitante course. Par contre, il reconnaît qu'il pouvait passer des nuits blanches à lire des documents pour sortir Shawinigan de son «déclin tranquille».

L'ex-représentant adéquiste ne peut contenir son émotion en parlant du grand combat qu'il aurait voulu mener jusqu'au bout, celui des redevances que le gouvernement du Québec devrait verser à Shawinigan pour l'exploitation des barrages sur le Saint-Maurice.

«J'espère que les jeunes vont se rappeler que notre rivière, c'est notre argent», livre-t-il, la voix chargée d'émotion. «Allez chercher nos redevances, c'est notre survie pour assurer la qualité de vie chez nous! On se fait exploiter sans retirer le moindre bénéfice. Pourtant, ça existe ailleurs! Nous avons été victimes d'une injustice lors de la nationalisation de l'électricité. Je ne peux pas m'imaginer qu'une ville où sont exploités quatre barrages soit en déclin!»

M. Deschamps assure qu'il ne se mêlera pas de la course à la mairie. Il espère que les candidats gratteront les projets dans lesquels les coûts ont explosé, comme il l'avait souhaité en demandant des enquêtes au gouvernement du Québec. «Il faut faire un grand ménage», souhaite-t-il.

Pour le reste, il n'accorde son appui à personne, mais il se réjouit de la valeur de chacun.

«Nous avons des candidats honnêtes, de bons candidats. Je leur souhaite bonne chance à tous. Je leur souhaite surtout d'avoir du courage.»

Un peu ébranlé par ce dénouement inattendu, M. Deschamps assure qu'il tourne la dernière page de son engagement politique. Il souhaite toutefois continuer à s'impliquer dans le monde du canot.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer