Des sous-sols inondés à Sainte-Thècle à cause d'un fossé?

Alain Vallée... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Alain Vallée

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sainte-Thècle) Lorsque des infrastructures sont à la limite de deux municipalités, la collaboration des deux administrations est nécessaire. Le cas du rang Saint-Georges, à Sainte-Thècle, à la limite du territoire de Lac-aux-Sables, le démontre très bien.

Aux prises avec des inondations dans son sous-sol, une citoyenne de Sainte-Thècle dénonce toutefois l'absence d'écoute de la part de l'administration de la municipalité voisine. 

Un fossé qui n'arrive pas à écouler son eau est au coeur d'un dilemme. Situé à Lac-aux-Sables à la limite des territoires des deux municipalités, il entraînerait, selon des résidents du secteur, des inondations dans les sous-sols de quelques maisons de Sainte-Thècle. Le rang est la «frontière» entre les deux municipalités. Le fossé est d'un côté et les résidences sont de l'autre. 

«Le fossé est huit pouces plus bas que ceux situés 500 pieds plus loin. Cela fait que l'eau stagne devant notre maison et celles de deux de nos voisins. L'eau n'arrive pas à s'évacuer», affirme Nathalie Roy, une résidente du rang Saint-Georges et mère de jeunes enfants. 

Convaincus que la mauvaise circulation de l'eau dans le fossé est à l'origine des inondations, ces résidents ont installé une pompe prêtée par la Ville de Saint-Tite pour évacuer l'eau du canal.

«Lorsqu'on a installé la pompe, l'eau a baissé de trois pouces. En baissant l'eau seulement de trois pouces, il n'y avait plus d'eau qui rentrait dans mon sous-sol», soutient Mme Roy qui estime que cela est la preuve que le problème d'évacuation entraîne des inondations dans les résidences.

La pompe a depuis été enlevée. Dès qu'il y a eu des précipitations importantes, le problème d'inondation du sous-sol s'est manifesté à nouveau.

«Le sous-sol est fini à grandeur. Nous avons enlevé tout le plancher. Nous avons trois pompes qui fonctionnent à temps plein, mais on n'arrive pas à bout de l'eau», déplore Nathalie Roy, consciente que la nappe phréatique est gorgée à cette période de l'année. 

Les résidents ont demandé à la municipalité de Lac-aux-Sables de venir creuser le fossé afin de corriger le problème. «Les municipalités se renvoient la balle. On nous a dit que c'était comme ça il y a dix ans», dénonce Nathalie Roy. «La réponse est toujours la même. On n'est pas la priorité pour Lac-aux-Sables, car on paye nos taxes à Sainte-Thècle.» 

Le maire de Sainte-Thècle, Alain Vallée, soutient que la nappe phréatique de ce secteur est très importante. Alors que nous avons eu un hiver avec beaucoup de neige et un printemps pluvieux, ce réservoir d'eau naturel est gorgé.

«La source d'eau de la municipalité est dans ce secteur. Elle provient de la nappe phréatique», précise le maire. «Peut-être que dans le temps, les gens se sont construits au mauvais endroit.»

Des inondations similaires se sont produites au printemps 2008, alors que des quantités impressionnantes de neige étaient tombées.

Une étude d'un ingénieur, commandée par Sainte-Thècle, avait alors été réalisée pour trouver des solutions à apporter pour corriger la situation. Le rapport, dont le maire de Lac-aux-Sables a obtenu une copie mercredi soir, recommandait de drainer le sol situé derrière les maisons et de faire des fossés de chaque côté du rang Saint-Georges. 

«Les citoyens de Sainte-Thècle ne voulaient pas avoir de fossé devant chez eux. Alors les municipalités ont décidé de le faire de l'autre côté de la route», précise le maire Jean-Claude Tessier qui soutient que les recommandations n'ont pas toutes été appliquées.

Sainte-Thècle est prête à payer la moitié de la facture pour creuser le fossé et son administration a donné l'accord à la municipalité voisine pour réaliser les travaux. «C'est à eux à décider, ce n'est pas chez nous», affirme le maire Vallée. «Ça touche nos citoyens, mais on ne peut pas régler le problème en creusant chez le voisin.» 

Du côté de Lac-aux-Sables, la Municipalité est prête à creuser le fossé, mais elle soutient que cela ne peut pas se faire dès maintenant. Jean-Claude Tessier affirme qu'une permission doit être demandée au propriétaire du terrain, un agriculteur. «Mais ce n'est pas une fin de non-recevoir de notre côté», conclut le maire de Lac-aux-Sables.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer