Horizon Environnement: Grandes-Piles perdra au change

Le directeur général d'Horizon Environnement, Guy Fortin, ne... (Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le directeur général d'Horizon Environnement, Guy Fortin, ne partage pas l'avis de la Cour supérieure, mais se pliera tout de même à son jugement et cessera d'enfouir des déchets spéciaux sur le territoire de la Municipalité de Grandes-Piles.

Photo: Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Olivier Gamelin
Le Nouvelliste

(Grandes-Piles) La Municipalité de Grandes-Piles devra faire une croix sur d'importants revenus annuels, plus de 300 000 $, dans un horizon de trois ans. À très court terme, les sommes versées dans ses coffres par l'entreprise Horizon Environnement diminueront comme peau de chagrin, puisqu'un jugement récent de la Cour supérieure vient de mettre un holà à l'enfouissement des déchets spéciaux sur son territoire.

Dans son verdict, la procureure générale Chantal Lamarche soutient que les déchets spéciaux, traités par Horizon Environnement à Grandes-Piles depuis 1996, sont des matières résiduelles et doivent donc être disposées, à la lumière du Règlement sur les matières résiduelles, dans des dépotoirs conventionnels. En retour, Horizon Environnement peut poursuivre ses activités d'enfouissement de sol contaminé en regard du Règlement sur les sols contaminés. La juge conclut que «l'enfouissement des déchets spéciaux par Horizon au site de Grandes-Piles est donc assujetti au Règlement sur les matières résiduelles» et doit, en conséquent, cesser immédiatement.

Pour le directeur général d'Horizon Environnement, Guy Fortin, cette décision de la Cour supérieure est un non-sens, car les déchets visés ne représentent pas un danger pour l'environnement. À preuve, ils seront dorénavant dirigés vers des sites d'enfouissement traditionnels, comme à Saint-Étienne-des-Grès, qui ne disposent pas d'installations aussi sécuritaires qu'à Grandes-Piles.

Dangereux ou pas, M. Fortin assure que son entreprise est en mesure de gérer ces déchets spéciaux de façon plus sécuritaire qu'un dépotoir normal. On parle, entre autres, de résidus industriels non dangereux comme des sables de fonderie. «C'est une interdiction de mieux faire», résume-t-il, en d'autres mots, un recul sur le plan environnemental.

«Depuis des années on recevait ces matières-là, car nos cellules d'enfouissement sont des cellules dites à sécurité maximale, donc qui sont, et de loin, plus sécuritaires que les cellules pour les déchets solides à l'enfouissement sanitaire. En changeant sa réglementation, le ministère [de l'Environnement] a décrété que les déchets spéciaux devaient désormais être envoyés dans des sites d'enfouissement sanitaire. Ce que nous voulions faire comprendre à la Cour, c'est que notre gestion était plus sécuritaire que ce que le règlement demandait», précise M. Fortin. En vain, puisque la procureure générale a rejeté les prétentions d'Horizon Environnement.

En «citoyen corporatif respectueux de la Cour», Horizon Environnement appliquera à la lettre la décision décrétée par la juge Lamarche. Qui plus est, M. Fortin assure qu'il ne portera pas appel de cette décision, considérant que son site de Grandes-Piles atteindra, dans trois ans, sa pleine capacité. «On a renoncé à aller en appel, car c'est beaucoup d'efforts financiers et de temps», avoue le directeur général.

En attendant, l'entreprise enregistrera une diminution de son chiffre d'affaires qui, par ricochet, aura un impact négatif sur le budget de la Municipalité de Grandes-Piles. C'est en fonction du tonnage des déchets enfouis qu'Horizon Environnement détermine le montant du chèque annuel qu'elle signe en redevances municipales. Ainsi, dès lors que la quantité de déchets diminue, les redevances suivent la même courbe. «On comprend que pour la Municipalité, c'est une perte économique très importante», ajoute M. Fortin.

Le maire de Grandes-Piles, Daniel Petit, a appris par le biais des médias que sa municipalité allait faire les frais indirects du jugement de la Cour supérieure. Notons que dans son budget 2015, Grandes-Piles affichait des dépenses d'un peu plus de 1,2 million $ et des revenus équivalant...au dollar près. C'est dire que dans trois ans, avec la fermeture du site d'Horizon Environnement, elle perdra le quart de ses revenus actuels. Malgré tout, le premier magistrat se montre plutôt optimisme.

«C'est sûr et certain que si le site fermait demain matin, parce qu'ils mettent la clé dans la porte, oui ça aurait un impact, parce que c'est au-dessus de 300 000 $ qu'Horizon Environnement nous donne en redevances par année. C'est de la grosse argent. Cela dit, je ne suis pas alarmiste, je reste les pieds à terre. Je sais que les cellules ne sont pas toutes pleines et qu'ils ont le droit d'enfouir d'autres sortes de matière, donc ça ne m'inquiète pas. Mais honnêtement, ça m'a mis des points d'interrogation lorsque j'ai appris la nouvelle», formule M. Petit.

FERMETURE DÉFINITIVE DU SITE

Dans trois ans, le site géré par Horizon Environnement aura atteint ses limites. L'entreprise déménagera alors ses pénates dans la région de Mascouche, entraînant du même coup une perte financière de 300 000 $ pour la Municipalité de Grandes-Piles. M. Fortin a bien tenté, par le passé, de mettre la main sur les terrains adjacents, mais en vain.

«Nous avons fait beaucoup d'efforts pour rester en Mauricie. Entre autres, nous avons fait des offres d'achat en bonne et due forme pour acquérir les terrains de Produits forestiers Résolu, qui est notre voisin immédiat à Saint-Georges-de-Champlain, et on n'a jamais été capable de se mettre d'accord avec eux-autres. Si Résolu avait accepté notre offre d'achat, on serait encore en Mauricie et on serait en train d'investir pour valoriser cette propriété», assure M. Fortin. Selon lui, Horizon Environnement avait tout intérêt à demeurer à proximité considérant que l'entreprise disposait déjà, à Grandes-Piles, d'importantes infrastructures.

Notons qu'une quinzaine de personnes travaillent chez Horizon Environnement, dont dix sur une base permanente.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer