Commandites: soupir de soulagement au Festival western

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Saint-Tite) Le Festival western de Saint-Tite pourra monter l'édition 2015 l'esprit plus tranquille. L'organisation vient de renouveler son entente de commandite avec Loto-Québec qui s'ajoute à la reconduction à la fin de l'automne de l'entente avec la Société d'alcool du Québec.

En ces temps d'austérité budgétaire au niveau du gouvernement, le festival a réussi à aller chercher la même somme d'argent que l'an dernier auprès de Loto-Québec et de la SAQ. L'organisation avait demandé un peu plus d'argent de la part de ses deux partenaires, mais elle est très satisfaite de la tournure des événements pour ces deux ententes valides pour un an.

«On est bien content. Et c'est rassurant. On a eu un soupir de soulagement, car on n'était sûr de rien avec toutes les nouvelles sur l'austérité gouvernementale et on ne tient jamais rien pour acquis. Il faut travailler fort pour avoir les mêmes sommes que dans le passé», commente Pascal Lafrenière, le directeur général du Festival western de Saint-Tite.

Les sommes récoltées via les commandites des sociétés d'État représentent 20 % du financement du festival. Grâce à ce partenariat, l'organisation pourra maintenir des activités au sein de sa programmation.

«On avait un nouveau produit l'an dernier, le poulailler musical Loto-Québec. Ils ont bien aimé notre ouverture à innover. Le poulailler profite aux visiteurs, ça donne plus de variété dans la programmation et c'est gratuit. On ramènera le poulailler en 2015», confirme M. Lafrenière, qui refuse de dévoiler le nom des artistes qui s'y produiront, mais qui assure qu'ils seront du même calibre qu'Annie Blanchard et Andrée Watters, elles qui étaient présentes en 2014.

Selon M. Lafrenière, l'affluence de 600 000 visiteurs au festival offre une visibilité très intéressante aux commanditaires. Ceux-ci recherchent de plus en plus une relation d'affaires lorsqu'ils signent un contrat.

«Ils veulent un retour pour se faire connaître, faire connaître un produit. Ce n'est plus de la philanthropie. C'est pour ça qu'on cherche à établir un partenariat qui satisfait le partenaire, le festivalier et nous.»

Reste maintenant à renouveler l'entente de subvention de 300 000 $ de la part de Tourisme Québec. Pascal Lafrenière est confiant de régler la question dans un avenir rapproché.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer