Louiseville: l'Âge d'or aura son local

Le centre-ville de Louiseville... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Le centre-ville de Louiseville

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Après de nombreux mois de discussions, Louiseville et son club de l'Âge d'or ont finalement trouvé un terrain d'entente qui permettra à l'organisme de s'installer en permanence dans un local.

L'Âge d'or sera bientôt locataire d'un grand espace du sous-sol de l'église de Louiseville. La salle Émilie-Gamelin sera divisée et l'Âge d'or occupera les deux tiers de la superficie totale. Le tiers de la salle pourra continuer d'être utilité par d'autres organismes louisevillois.

L'entente prévoit que l'Âge d'or aura un contrat de trois ans avec la fabrique. Le loyer de 300 $ par mois sera défrayé par la Ville de Louiseville.

Cette solution permettra aux membres de l'Âge d'or de déployer tous leurs équipements sans être obligés de les ranger. Depuis plusieurs années, l'Âge d'or tient des activités deux jours par semaine au centre communautaire. Les membres sont obligés d'installer leur tapis de pétanque ou autre table de billard et de les déplacer dans un local de rangement après chacune des journées d'activités.

«Ça fait quatre ans que je suis présidente et ça fait deux ans que je fais la demande pour un local. C'est une entente satisfaisante. Mais on a été patient», raconte Nicole Larose.

Mme Larose croyait bien que le dossier était réglé il y a quelques mois, alors que le conseil laissait entendre que la salle communautaire serait à la disposition de l'Âge d'or, mais le dossier n'a pas connu l'issue escomptée. Au printemps, des membres du conseil d'administration ont alors décidé de démissionner après avoir appris que Mme Larose ne demandait pas un renouvellement de mandat.

«On a parlé avec la Ville et le conseil de l'Âge d'or a décidé de prolonger le mandat jusqu'en septembre.»

Yvon Deshaies reconnaît que le dossier a pris du temps à être réglé.

«On donne pour nos jeunes avec 25 000 $ pour le dekhockey et 25 000 $ pour le parc de planches à roulettes. Il faut aussi aider ces gens-là. Ça fait longtemps qu'on en parle», admet le maire.

La salle Émilie-Gamelin accueille parfois des festivités organisées par différents organismes. Si ces derniers ont ce besoin, ils pourront utiliser gratuitement la salle communautaire, indique M. Deshaies.

L'entente entre la Ville et le club de l'Âge d'or fait aussi l'affaire d'Yvon Picotte, président de la fabrique louisevilloise.

«On veut bien faire la charité, mais notre population est vieillissante, la pratique religieuse diminue. Recevoir 3600 $ par année, ça va nous aider.»

Selon Mme Larose, l'aide de la Ville durant les trois premières années donne du temps à l'Âge d'or d'organiser différentes activités de financement, car c'est le club qui devra payer le loyer à l'issue de ce délai.

Des travaux d'aménagement des lieux devront être exécutés. Quelque 15 000 $ seront nécessaires pour couvrir ces travaux et un comité local se charge d'amasser l'argent requis.

L'Âge d'or devrait amorcer ses activités en septembre dans son nouveau local. Quelque 469 personnes sont membres, dont 130 sont actifs.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer