Bâtisse incendiée à Louiseville: le contrat de démolition octroyé

Le bâtiment incendié de la rue Notre-Dame Sud... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le bâtiment incendié de la rue Notre-Dame Sud à Louiseville sera démoli ce printemps.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) La bâtisse incendiée de la rue Notre-Dame Sud à Louiseville sera démolie au printemps. Le conseil vient d'octroyer à l'entreprise Choc Démolition de Shawinigan le mandat de démolir cette bâtisse très lourdement endommagée lors d'un feu survenu en janvier 2016.

La Ville avait lancé un appel d'offres en février afin de trouver un démolisseur pour cet immeuble de 12 logements. Les soumissions ont été ouvertes le 14 mars. Treize entreprises ont présenté une suggestion de contrat. 

Choc Démolition est l'entreprise ayant proposé une soumission au plus bas prix, soit 34 632 $ plus taxes. À l'opposé, la soumission la plus élevée est de 142 800 $.

Les membres du conseil ont octroyé le contrat lundi durant une séance extraordinaire. Surpris de voir un montant si peu élevé, le conseil s'est assuré que la soumission est conforme, ce qui est bien le cas.

«Quand on a fait nettoyer l'ancien magasin Croteau, qui a brûlé, ça a coûté environ 30 000 $. Mais on nous a dit que l'entreprise avait son site à lui pour disposer des matériaux. Quand les entreprises n'ont pas de site, c'est sûr que ça leur coûte plus cher. Mais on est bien content du montant», raconte Yvon Deshaies, le maire de Louiseville.

Le contrat prévoit que les travaux vont se faire après la période de dégel, soit autour du 15 mai, et devraient durer un mois. D'ici peu, une rencontre de démarrage aura lieu et la Ville va s'assurer du respect de toutes les demandes du contrat auprès de l'entrepreneur.

Ce dossier franchit ainsi une étape importante. Les derniers mois ont été parsemés de démarches de la Ville devant la justice pour sommer Benoit Ferron, le propriétaire des lieux, de démolir son bâtiment.

Devant son inaction, la Ville a obtenu l'automne dernier le droit de faire démolir la bâtisse par une ordonnance de la Cour supérieure. 

Le propriétaire est revenu à la charge à la mi-novembre en envoyant une mise en demeure à la Ville de Louiseville. 

Cette action a bloqué la Ville dans sa volonté de faire démolir la bâtisse. Mais l'administration municipale a reçu l'aval de la cour au début du mois de décembre, ce qui a conduit au lancement de l'appel d'offres en février.

L'octroi du contrat viendra rassurer les gens du secteur.

«C'est une bonne nouvelle pour le voisinage, se réjouit le maire Deshaies. Des gens du coin ont peur. Sur le côté sud, il y a une maison proche. Quand il vente, les gens se demandent si ça peut tomber. Les gens ont des craintes. Avec raison.»

Les frais de démolition seront ajoutés au compte de taxes de Benoit Ferron. Les taxes impayées à la Ville de Louiseville s'élèvent à 20 495,14 $ en date du 21 mars 2017. 

Une partie des taxes de 2014 n'a pas été versée par M. Ferron. Rien n'a été payé en 2015, en 2016 et en 2017. 

Son cas se retrouve d'ailleurs dans la liste des dossiers de vente pour taxes.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer