Budget à Saint-Mathieu: un défi de plus en plus complexe

Claude McManus... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

Claude McManus

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Saint-Mathieu-du-Parc) Bien qu'il assure que son message ne dissimulait aucun indice sur des hausses de taxes à venir, le maire de Saint-Mathieu-du-Parc, Claude McManus, a prévenu ses citoyens qu'il devenait de plus en plus difficile de concilier la rigueur budgétaire à certaines demandes de la population.

Il a glissé ce message dans le cadre du rapport sur la situation financière de la municipalité, au début novembre. Le conseil municipal doit déposer son budget le 19 décembre.

En plus de revenir sur le dernier rapport financier, les réalisations de 2016 et la rémunération des élus, M. McManus a profité de l'occasion pour sensibiliser les gens aux défis qui se présentaient dans le cadre de l'élaboration du prochain budget.

«Bien entendu, l'objectif ultime pour vos élus est de présenter des prévisions budgétaires sans une augmentation importante des taxes municipales», expliquait le maire.

«Toutefois, il est de plus en plus difficile pour les administrateurs municipaux de rencontrer cet objectif. Les nouveaux mandats provenant des instances gouvernementales supérieures, les nouvelles normes de plus en plus sévères et complexes et les exigences de plus en plus nombreuses des citoyens en regard des services à prodiguer influencent grandement la croissance des dépenses municipales.»

M. McManus enchaînait en parlant des moyens très limités d'une municipalité de la dimension de Saint-Mathieu-du-Parc et de la nécessité de faire des choix. Chaque investissement doit contribuer au développement de la municipalité en respectant la capacité de payer, insiste-t-il.

Le maire préparait-il le terrain à l'aube d'un budget un peu plus austère?

«Pas nécessairement», commente M. McManus. «C'était un genre de sensibilisation. Les gens ont tendance à demander beaucoup. Souvent, des personnes arrivent de l'extérieur et viennent s'établir en campagne en pensant avoir les mêmes services qu'en ville. À un moment donné, les demandes dépassent les capacités de payer.»

M. McManus assure qu'il ne fait allusion à aucun dossier précis, mais il convient que de façon générale, la réfection des routes et des fossés constitue un défi en raison de l'ampleur des attentes.

De retour ou pas?

M. McManus laisse planer le doute sur un retour pour un deuxième mandat à la tête de la municipalité. Il croit être en mesure d'annoncer sa décision vers la fin du printemps.

En attendant, le maire a identifié quelques priorités pour la prochaine année. 

Dans le secteur de la montagne, après la vente de l'ancien centre de ski à des promoteurs qui consacreront le site au vélo de montagne, l'approvisionnement en eau potable devrait enfin être sécurisé l'été prochain, avec l'exploitation d'un nouveau puits qui prendra la relève d'une source temporaire.

La régularisation du traitement des eaux usées au quartier écologique et la réfection du chemin Saint-François apparaissent également dans les priorités pour la prochaine année.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer