Bâtisse incendiée: toujours pas de démolition

Louiseville veut faire démolir cette bâtisse endommagée par...

Agrandir

Louiseville veut faire démolir cette bâtisse endommagée par un incendie le 4 janvier dernier.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) La bâtisse endommagée par un incendie en début d'année à Louiseville ne tombera pas tout de suite sous le pic des démolisseurs. Comme prévu, le propriétaire des lieux a envoyé une mise en demeure à la Ville de Louiseville, paralysant cette dernière dans sa volonté de détruire les lieux dès mardi.

Les équipements avaient été réservés par la Ville pour commencer à démolir cet immeuble de 12 logements de la rue Notre-Dame Sud. 

La réception de la mise en demeure déposée par Benoît Ferron vient mettre le dossier sur la voie d'évitement pour un certain temps même si la Ville a en main un jugement de la Cour supérieure ordonnant au propriétaire de démolir la bâtisse d'ici le 21 novembre. 

Étant donné que le proprio n'a pas agi en ce sens, la Ville était en droit de démolir la bâtisse dès l'expiration du délai. 

C'était avant l'arrivée de la mise en demeure.

«Benoît Ferron mentionne qu'il n'a pas eu tous les papiers, car il est en prison. Il dit qu'il a manqué d'informations. Avec cette lettre, on ne peut plus bouger», raconte le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.

La semaine dernière, le père de Benoît Ferron, Jacques, mentionnait qu'il avait l'intention de rencontrer le maire Deshaies pour lui faire part des plans de son fils concernant la bâtisse. La rencontre a eu lieu vendredi. Selon le maire, le propriétaire songe à enlever le troisième étage de l'immeuble tout en conservant le volet locatif des lieux. Le maire est toutefois catégorique. Le conseil ne changera pas d'idée.

«Le conseil ne veut pas lui donner un permis de rénovation. Les assurances disent que la bâtisse est une perte totale. Nous, on veut démolir.»

Reste à voir maintenant si la requête de Benoît Ferron trouvera une oreille attentive au niveau juridique afin de renverser une décision signée par un juge de la Cour supérieure. 

En attendant que ce dossier soit réglé, la Ville a fait démolir le boulodrome mardi. La bâtisse avait été déclarée dangereuse pour la sécurité de ses utilisateurs en septembre.

La Ville continue ses démarches dans le but de la remplacer par un bâtiment qui mesurera 24,4 mètres sur 24,4 mètres (80 pieds sur 80 pieds). 

La réalisation des plans et devis est amorcée, si bien qu'on devrait connaître les coûts reliés à ce projet dans quelques semaines. 

Louiseville va soumettre le tout aux gouvernements fédéral et provincial d'ici la fin de l'année dans l'espoir de se qualifier pour des programmes de subventions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer