Louiseville termine 2015 avec un excédent de 504 278 $

Yvon Deshaies a hâte de fermer le dossier... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Yvon Deshaies a hâte de fermer le dossier entourant le chemin aménagé dans le secteur du lac Saint-Pierre.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Louiseville a beau terminer l'année 2015 avec un surplus budgétaire de 504 278 $, une bonne partie de cette somme servira à éponger la facture reliée au dossier du chemin aménagé illégalement dans le secteur du lac Saint-Pierre en 2008.

Le surplus de 2015 est nettement supérieur à l'excédent de 246 488 $ enregistré en 2014. Sauf qu'une somme de 237 000 $ est déjà réservée à différents postes budgétaires, dont 127 000 $ pour cette voie qui devra être corrigée au cours de l'été.

«C'était prévu de prendre un peu d'argent qu'on a de côté pour le lac Saint-Pierre. C'est un petit bout de chemin qui va nous coûter cher: la construction a coûté environ 80 000 $. Mais quand tout le dossier va être fini, je m'attends à ce que ça coûte tout près de 600 000 $», constate Yvon Deshaies, le maire de Louiseville.

Plus de 130 000 $ ont été dépensés en frais d'avocat par la Ville de Louiseville. La pénalité de 101 554 $ à verser à la Fondation de la Faune en dédommagement risque de grimper à environ 150 000 $, étant donné que la surface calculée pour établir le montant de la pénalité inclut maintenant la bordure de la route. C'est sans compter les travaux de correction qui devront être faits. 

Étant sur le point d'obtenir son certificat d'autorisation de la part du ministère de l'Environnement, la Ville vient de lancer un appel d'offres pour ce chantier. L'entrepreneur qui sera choisi devra effectuer les travaux de modification du nouveau chemin et de végétalisation de l'ancienne voie publique.

«Il est temps que ça arrête, continue M. Deshaies. J'ai hâte qu'on finisse pour de bon et qu'on n'en parle plus.»

Yvon Deshaies estime que Louiseville se débrouille bien en matière financière. Le surplus est intéressant, mais pas excessif, selon lui.

«On fait attention pour bien gérer et ne pas surtaxer les gens. Et il faut réparer nos infrastructures. On a fait beaucoup de travaux dans nos bâtisses. Il y a aussi qu'on a donné des congés de taxes pour le secteur résidentiel. Ce sont des congés de trois à cinq ans. Dans quelques années, ces taxes-là vont entrer à la Ville et ça va bien aller.»

Les droits de mutation perçus en 2015 ont permis d'augmenter de 98 000 $ les revenus prévus à cette fin. La taxation complémentaire entraînée par l'évolution du rôle (+ 97 000 $) et une meilleure entrée d'argent provenant du programme de remboursement de la taxe d'accise sur l'essence (+ 75 000 $) ont aussi influencé la colonne des revenus. 

Les dépenses réelles comptabilisées en 2015 (11 296 883 $) sont nettement inférieures aux prévisions budgétaires de 11 797 995 $. L'économie de 501 112 $ est principalement attribuable au fait que des projets qui avaient été budgétés n'ont pas été faits l'an dernier.

Courbe constante pour la dette

La dette à long terme poursuit sa régression. En 2013, cette dette était de 10 921 943 $. Elle s'élevait à 9 515 153 $ en 2014, affichant une diminution de 12,9 % 

Le repli de la dette est de 10,5 % en 2015, car le dernier rapport financier l'établit à 8 517 762 $. Les versements en capital sur la dette expliquent cette baisse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer