Le dossier du sauvetage nautique est mort et enterré

En vendant les équipements pour 5000 $, le... (François Gervais, Le Nouvelliste)

Agrandir

En vendant les équipements pour 5000 $, le maire de Louiseville Yvon Deshaies dit que la Municipalité a fait une bonne affaire.

François Gervais, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Le dossier du sauvetage nautique de la Ville de Louiseville est mort et enterré avec la vente des derniers équipements de ce service.

Le conseil de Louiseville vient de vendre son bateau zodiac, le moteur et la remorque à la brigade de pompiers Notre-Dame-du-Lac, un secteur de la ville de Témiscouata-sur-le-Lac située dans le Bas-Saint-Laurent. La brigade versera 5000 $ à la Ville de Louiseville pour acheter l'ensemble de ces équipements.

La vente de ces équipements a été entérinée lundi soir à la séance du conseil sans aucune manifestation d'opposition. Les élus ont pris cette décision à la suite de l'ouverture des soumissions qui s'est effectuée lundi matin.

La Ville avait fixé le prix plancher à 4000 $. Ce service de pompiers a été le seul à présenter une soumission. À 5000 $, la Ville fait une bonne affaire, croit Yvon Deshaies, même si ce dernier a déclaré en avril dernier que le prix de départ était de 7000 $.

«Je croyais que nos équipements étaient plus neufs que ça. Le zodiac date de 2011, mais le moteur a 15 ans et la remorque est vieille. On a fait vérifier les prix et ça valait environ 4000 $. Et vu que c'est des pompiers qui achètent les équipements, on va leur laisser les gyrophares sur le zodiac. On aurait pu les vendre séparément si on avait eu 4000 $. Mais à 5000 $, on leur laisse et tout le monde est content», raconte le maire de Louiseville.

Cette vente sera finalisée au cours des prochains jours. Les pompiers de Notre-Dame-du-Lac devraient venir chercher leurs nouvelles acquisitions d'ici peu.

Cette vente suit celle confirmée en avril avec l'entreprise de sauvetage l'Aranéa. La compagnie de Sainte-Angèle-de-Prémont a acquis les habits des pompiers prévus pour les interventions nautiques en déboursant 7000 $.

«Je suis content que ce soit réglé, admet M. Deshaies. C'est fini.»

La Ville de Louiseville a décidé, en février, de laisser aller ce service. L'administration municipale justifiait sa décision par une volonté d'économiser les coûts récurrents reliés à la formation des pompiers et sur le fait qu'elle n'est pas obligée d'offrir un tel service.

L'abandon du service de sauvetage nautique a toutefois causé du remous au sein de la brigade des pompiers. L'ancien maire Guy Richard avait aussi manifesté son profond désaccord quant à cette décision du conseil.

Des discussions avaient été menées entre le directeur des pompiers, Marcel Lupien, et les membres du comité incendie afin de trouver une solution pour conserver le service. Seul le conseiller Charles Fréchette, président du comité, s'était opposé au vote pris en mars concernant l'abandon du service de sauvetage nautique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer