Des acheteurs sérieux pour le presbytère de Maskinongé

Réjean Clément est le marguillier chargé de la... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Réjean Clément est le marguillier chargé de la vente du presbytère de Maskinongé.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Maskinongé) Le presbytère de Maskinongé suscite l'intérêt. Quatre couples ont visité les lieux en un peu plus d'un mois et sont considérés comme étant de sérieux acheteurs potentiels par le conseil de fabrique.

L'organisation a signé un contrat avec une agence immobilière le 16 mars. Depuis ce temps, sept visites des lieux ont été réalisées.

«On a quatre couples en sérieuse réflexion, dont deux encore plus intéressés par le presbytère. Je suis content d'avoir autant de visites», commente Réjean Clément, le marguillier responsable de la vente du presbytère.

Ces gens proviennent de Montréal, de Laval, de Saint-Cuthbert et de Louiseville. Deux couples envisagent de transformer les lieux en résidence cogénérationnelle. Un couple veut en faire un projet de résidence standard, alors que le quatrième pense à y exploiter un gîte du passant.

Lorsqu'il a accordé une entrevue au Nouvelliste, jeudi matin, M. Clément venait tout juste de terminer une visite du presbytère. Le couple en question en était à son troisième tour du propriétaire. Et il semble sérieux dans sa démarche, car le couple était accompagné d'une équipe de professionnels afin d'avoir une évaluation des travaux à faire.

«Ils avaient amené avec eux un plombier, un électricien, un menuisier et un représentant de Gaz Métropolitain. Au prix que les professionnels coûtent, il faut que tu sois intéressé», analyse M. Clément.

D'après ce dernier, la bâtisse centenaire affiche une très bonne mine au niveau de la structure. Selon les vérifications effectuées, le presbytère est en bon état, du sous-sol au grenier. Il y a toutefois des travaux à faire dans ce genre de maison, notamment en ce qui concerne la fenestration.

«Les gens qui sont intéressés par des bâtisses de même savent qu'il y a de l'ouvrage. Mais ils sont intéressés par l'architecture de la bâtisse, ils aiment comment elle a été conservée, la grandeur. Les murs de plusieurs pièces sont en joint v, il y a des escaliers avec de belles rampes, c'est bien conservé.»

La présence de l'église à quelques mètres du presbytère ne semble pas ralentir les ardeurs des gens lorsqu'ils viennent voir la bâtisse. La proximité d'une école, du centre communautaire et du terrain des loisirs a toutefois été remarquée.

Aucune offre d'achat n'a encore été déposée pour cette bâtisse dont le prix demandé est de 180 000 $. Ce montant inclut une portion de terrain qui pourrait être bonifiée.

L'offre de vente excluait à l'origine les meubles du presbytère. Mais si les acheteurs veulent en acquérir, le conseil de fabrique est ouvert à négocier leur prix.

«On a décidé d'ajouter les meubles à la vente, car les gens trouvent que c'est très grand à meubler. Le presbytère a 19 appartements.

La personne intéressée à acheter un presbytère est intéressée par des meubles antiques. On a une bibliothèque, un vaisselier, une grande table, des gros crucifix de bois», mentionne M. Clément, en ajoutant que le garage pourrait aussi être vendu.

L'intérêt autour du presbytère amène Réjean Clément à penser que la vente pourrait se conclure dans quelques mois.

«J'ai eu le mandat de vendre le presbytère et normalement, je respecte mes mandats. Mon intention est de ne pas mettre de chauffage cet automne.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer