Fin du sauvetage nautique: le maire Deshaies garde le cap

Yvon Deshaies... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Yvon Deshaies

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Les critiques de Guy Richard concernant la fin du service de sauvetage nautique à Louiseville n'influencent nullement Yvon Deshaies. L'actuel maire de Louiseville persiste et signe: le conseil abandonne le service.

Guy Richard s'insurge contre la disparition de ce service qu'il avait contribué à bonifier, en 2011. L'ancien maire se demande pourquoi la Ville laisse tomber un service qui coûte 5000 $ en formation et en entretien sur un budget annuel de 11 millions de dollars, d'autant plus qu'elle profite d'équipements performants qui devront être vendus.

«C'est vrai que 5000 $, ce n'est pas tant que ça, admet volontiers M. Deshaies. Mais 5000 $ ici, 5000 $ là, si on arrive à la fin de l'année avec des économies de 50 000 $... Il faut commencer quelque part.»

Le maire actuel se souvient très bien d'avoir voté en faveur de cette idée, alors qu'il siégeait à titre de conseiller. Mais cinq ans plus tard, les choses ont changé.

«Je ne vois aucun problème à ce que M. Richard exprime son point de vue. On vit en démocratie. À l'époque, c'était sous son régime. Aujourd'hui, c'est moi. Le conseil est unanime. On ne change pas d'idée. Notre position est ferme. On ferme le service.»

La présence de trois cours d'eau dans l'environnement de Louiseville avait guidé les autorités à aller de l'avant avec ce projet. M. Deshaies précise toutefois que Louiseville n'abrite aucune plage et que de toute façon, ce sont bien souvent des bateaux situés à proximité d'un accident qui interviennent rapidement.

Parlant d'interventions en sauvetage nautique, les pompiers de Louiseville ont effectué environ quatre sorties depuis les dernières années. Du côté de la Garde côtière canadienne, les appels logés par des plaisanciers en difficulté concernent majoritairement des problèmes mécanique ou des pannes d'essence.

Équipements à évaluer

Louiseville va faire évaluer les équipements qu'elle possède afin d'en tirer le meilleur prix possible lorsqu'elle les revendra. La sortie publique du maire Deshaies la semaine dernière a d'ailleurs suscité de l'intérêt.

«On a reçu une dizaine d'appels pour le zodiac. Ce sont des particuliers qui ont appelé. Aucune municipalité n'a appelé pour acheter les équipements et aucune municipalité n'a appelé pour nous demander de garder le service», souligne le maire Deshaies.

Louiseville a investi quelque 40 000 $ il y a cinq ans en acquisition d'équipements et en formation d'une équipe spécialisée au sein de sa brigade de pompiers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer