Taxes: un bond de près de 4 % à Saint-Boniface

Claude Caron... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Claude Caron

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Saint-Boniface) Craignant une forte hausse de la facture de déneigement en 2016, le conseil municipal de Saint-Boniface a décidé de prévenir les coups dans l'adoption de son budget. En conséquence, les contribuables devront prévoir une augmentation du compte de taxe moyen de 3,9 % l'an prochain.

Le budget a été adopté le 21 décembre, devant deux citoyens, dont l'ex-conseiller municipal Côme Garceau qui s'est questionné sur les raisons qui ont motivé les hausses des taxes sur la valeur foncière. De 0,9144 $ par tranche de 100 $ d'évaluation, elles passent à 0,9452 $ en 2016, un bond de 3,4 %.

«Notre contrat de déneigement se termine cette année», explique le maire, Claude Caron. «On prévoit une augmentation l'an prochain. Nous sommes actuellement à 4500 $ du kilomètre et ça pourrait passer à 5500 $ du kilomètre.»

En fait, la Municipalité mandatera une firme, au début de l'année, pour étudier les scénarios qui s'offrent à elle. Présentement, le déneigement des quelque 95 kilomètres de rues à Saint-Boniface est donné à contrat.

Comme en 2015, la perte de revenus de taxation en raison de la crise de la pyrrhotite est estimée à 50 000 $ à Saint-Boniface. Une cinquantaine de maisons ont été touchées jusqu'à maintenant et le maire s'attend à ce que le cancer du béton ronge une centaine d'unités dans sa municipalité.

Autre contrainte, la quote-part à la MRC de Maskinongé a dû être haussée dans le cadre d'une opération de modernisation des critères d'évaluation des propriétés.

En plus de la taxe foncière, la tarification pour le service d'aqueduc passe de 212 $ à 225 $ par porte en 2016. La desserte pour les égouts augmente également, de 89 $ à 95 $ par logement. Par contre, le conseil municipal a décidé d'abaisser les frais pour la collecte des matières résiduelles, de 176 $ à 169 $.

Ainsi, pour une maison moyenne évaluée à 163 500 $ en 2016, le compte de taxes subit une hausse de 76,07 $ par rapport à l'an dernier, ce qui représente un bond de 3,9 %. En 2015, la maison moyenne était évaluée à 162 000 $.

D'autres tarifs s'ajoutent selon les secteurs, mais ils n'ont subi aucune variation par rapport à l'an dernier. Les résidents de la rue Lise doivent toutefois absorber une nouvelle taxe de 83 $ pour l'aqueduc. Enfin, notons une légère hausse pour l'entretien des fosses septiques, permanentes comme saisonnières.

Les élus ont adopté un budget équilibré à 5,361 millions $ pour 2016, en hausse de 4,6 % par rapport à celui de cette année. Le conseil municipal a soustrait 29 400 $ de ses surplus pour équilibrer son budget de fonctionnement.

Reports

En ce qui concerne le programme triennal d'immobilisations, M. Caron reconnaît que plusieurs investissements ont été reportés en 2017, dont le fameux projet d'assainissement des eaux usées, qui continue d'accumuler des retards en raison de nouvelles demandes de vérifications et d'études par le ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire. Des fouilles archéologiques prévues sur le site ne sont visiblement pas encore complétées. 

Voilà pourquoi au PTI, le conseil municipal n'a finalement prévu que 252 000 $ pour ce projet majeur en 2016, alors qu'une somme de trois millions $ devrait être investie l'année suivante.

En 2017 également, le conseil municipal prévoit deux millions de dollars pour divers travaux routiers. Le bouclage du réseau d'aqueduc sur Trudel-Ouest, au montant de 430 000 $, est aussi attendu en 2017.

Au bout du compte, ce programme triennal d'immobilisations prévoit des investissements de 7 722 900 $ pour les trois prochaines années, dont 6 130 000$ en 2017. En 2016, le conseil anticipe des dépenses en immobilisations de 607 900 $. Outre l'assainissement des eaux usées, le plus important projet consistera en la mise à niveau des installations de traitement de l'eau potable, pour un montant de 250 000 $.

«Beaucoup de nos règlements d'emprunt se terminent entre 2017 et 2019», précise M. Caron. «Ça va nous donner une marge de manoeuvre.»

Notons qu'avant la présentation du budget, le conseil municipal a rendu un hommage au pompier volontaire Florian Grenier, qui vient de recevoir sa barrette du gouverneur général du Canada pour souligner ses trente ans au service de sécurité incendie de Saint-Boniface.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer