Les dépenses compressées à Saint-Mathieu-du-Parc

Le maire de Saint-Mathieu-du-Parc, Claude McManus.... (Stéphane Lessard)

Agrandir

Le maire de Saint-Mathieu-du-Parc, Claude McManus.

Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Saint-Mathieu-du-Parc) Un exercice de compression de dépenses et une affectation de sommes d'argent qui n'ont finalement pas été investies cette année permettent au conseil municipal de Saint-Mathieu-du-Parc de limiter à 1,68 % la hausse du compte de taxes de base moyen en 2016.

Pour y parvenir, les élus ont toutefois appliqué une réduction des dépenses de fonctionnement de 24 437 $ pour la prochaine année, un tour de force. Les postes d'hygiène du milieu, d'aménagement et des loisirs ont subi le couperet.

Concrètement, quatre samedis ont été retirés de l'horaire à l'écocentre en 2016. La refonte du plan d'urbanisme, qui est complétée, permet d'économiser sur les services professionnels au cours de la prochaine année. 

Enfin, en loisirs et culture, le conseil municipal a décidé de rayer de l'agenda l'organisation de la fête de Noël et de la Féerie blanche, en plus de faire passer de 20 000 $ à 15 000 $ l'aide financière pour l'Halloween. Des travaux au centre communautaire ont aussi été repoussés.

Pour ajouter à la complexité de l'exercice, Saint-Mathieu-du-Parc doit dorénavant se passer de compensations tenant lieu de taxes versées par la MRC de Maskinongé depuis 2002, à la suite d'une entente avec la Ville de Shawinigan pour le Parc national de la Mauricie. Une soustraction de 60 000 $ qui fait mal, convient le maire Claude McManus.

De plus, l'amélioration des conditions de travail des pompiers volontaires, dorénavant syndiqués, explique une bonne partie de la hausse de près de 36 000 $ du budget de la sécurité publique.

La Municipalité prévoit aussi une baisse de revenus de 14 000 $ provenant des droits pour l'exploitation des carrières et des sablières. Un signal du ralentissement économique, glisse M. McManus.

En conséquence, l'administration municipale s'est appuyée sur un budget équilibré à 2 849 838 $ pour la prochaine année. Les revenus de taxation doivent augmenter de 2,4 % en 2016.

Le taux basé sur la valeur foncière passe ainsi de 0,8690 $ à 0,8879 $ par tranche de 100 $ d'évaluation, une hausse de 2,17 %. Quant aux quatre tarifs payés par l'ensemble des contribuables, ils reculent légèrement, principalement en raison de la baisse du prix de la collecte des matières résiduelles, qui passe de 99,13 $ à 92,70 $ pour une maison normale. 

Ainsi, sur la base d'une résidence moyenne de 168 380 $, le compte de taxes passera de 1659,21 $ à 1687,15 $, une hausse de 27,94 $, ou 1,68 %. 

Les contribuables doivent ajouter différents tarifs à ces calculs, selon les services d'aqueduc et de traitement des eaux usées dont ils bénéficient.

«À environ 0,01 $ (de la taxe foncière), on trouve que c'est pas mal raisonnable, compte tenu de nos orientations», témoigne le maire. «Les gens semblaient satisfaits. Des efforts ont été faits, en baissant notre budget de fonctionnement, en plus des revenus qui entrent moins. Je pense que c'est une augmentation acceptable.»

Par contre, le conseil municipal a choisi de transférer un montant de 100 000 $, qui n'avait finalement pas été investi en 2015, dans les affectations de la prochaine année pour éviter une hausse de taxes plus costaude. Contrairement à l'an dernier, les élus ont toutefois décidé de ne pas piger dans le surplus accumulé non affecté, qui devrait tourner autour de 350 000 $ à la fin de l'année 2015.

PTI

Dans son programme triennal d'immobilisations, Saint-Mathieu-du-Parc prévoit des investissements de 1,2 million $ en 2016, une somme considérable.

Deux projets grugeront la majorité de cette enveloppe. Il s'agit de la réfection du chemin Saint-François, où un investissement de 569 500 $ est prévu pour la réparation de deux tronçons totalisant 4,4 kilomètres. Depuis 2007, la Municipalité tentait de convaincre le ministère des Transports de prendre en charge cet accès vers le Parc national de la Mauricie, mais les élus ont finalement reçu une réponse négative cette année.

Le conseil municipal souhaite également injecter 550 000 $ pour aménager des rues et un réseau d'aqueduc à l'écoquartier De feuilles en aiguilles.

En 2018, un investissement majeur se dessine au village. Un montant de six millions de dollars est prévu pour le réseau d'aqueduc, sur le chemin Principal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer