Chemin du lac Saint-Pierre: Louiseville suit les étapes

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies... (Sylvain Mayer)

Agrandir

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies

Sylvain Mayer

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Trouvée coupable d'avoir aménagé en 2008 un chemin dans le secteur du lac Saint-Pierre sans autorisation gouvernementale, Louiseville prend tous les moyens pour franchir les étapes nécessaires à la conclusion de ce dossier.

À la demande de Louiseville, la MRC de Maskinongé vient d'accorder à la Ville une dérogation pour des travaux de correction du chemin à être effectués en zone inondable. Cette autorisation est nécessaire afin que Louiseville fasse sa demande de certificat d'autorisation auprès de l'Environnement, car les travaux de correction font partie de la suggestion de sentence présentée en mai devant la Cour du Québec par l'avocat de Louiseville et celui du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

«Il fallait faire une modification au schéma d'aménagement de la MRC. La modification est acceptée. Avec ça, on est capable de demander le c.a. On a mandaté nos ingénieurs et nos biologistes pour faire la demande qui devrait se faire bientôt. On fait tout en bonne et due forme, selon les règles. Tout sera correct», commente Yvon Deshaies, le maire de Louiseville.

La Ville a jusqu'au 31 décembre pour avoir en mains tous les documents nécessaires à la correction du chemin en question. Les travaux doivent être effectués au cours de 2016.

Le maire de Louiseville ajoute qu'il est encore trop tôt pour connaître les coûts reliés à ces travaux de correction du chemin. Il sait toutefois que les entrées vers les résidences devront être modifiées par la Ville. Ces travaux seront payés par les résidents, eux qui avaient déjà payé la facture en 2008 à la suite de l'aménagement initial du nouveau chemin.

De plus, la correction du nouveau chemin sonnera le glas de l'ancien. La route qui longe la rivière du Loup, à l'avant des résidences, sera fermée et remise à l'état naturel. Les citoyens pourront toutefois garder leur descente vers le cours d'eau.

La Ville prévoit échanger certaines parties de terrains du secteur avec les résidents, notamment ceux situés dans l'emprise de l'ancien chemin. Elle a confié un mandat de cadastrage à l'arpenteur-géomètre Denis Lahaie moyennant un contrat de près de 16 000 $.

Pas d'aide de Dessau

D'autre part, la Ville de Louiseville n'obtiendra pas l'aide de la firme d'ingénierie Dessau dans ce nouveau chapitre de la saga du chemin du lac Saint-Pierre.

«On n'a pas fait d'approche», confirme Yvon Deshaies.

Ce dernier avait pourtant démontré une belle ouverture face à cette idée lancée par Jean-Guy Caumartin, un contribuable louisevillois et ingénieur à la retraite qui a suivi le dossier avec assiduité. Louiseville s'était fiée à une information fournie verbalement par un ingénieur de cette firme, Jean Lambert, pour aménager sans certificat d'autorisation ledit chemin. M. Caumartin voyait en cette collaboration une belle façon pour Louiseville d'amoindrir le choc financier de cette histoire.

«M. Lambert était de bonne foi et nous n'avons aucun document officiel signé avec le bureau d'ingénieurs pour ce dossier, rappelle M. Deshaies. Il n'y a rien à faire, autant pour une demande de collaboration que pour une poursuite contre le bureau d'ingénieurs.»

martin.lafreniere@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer