Saint-Édouard met son projet sur la glace

Michel C. Lemay, maire de Saint-Édouard-de-Maskinongé.... (Stéphane Lessard, Le Nouvelliste)

Agrandir

Michel C. Lemay, maire de Saint-Édouard-de-Maskinongé.

Stéphane Lessard, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Saint-Édouard-de-Maskinongé) Le conseil de Saint-Édouard-de-Maskinongé préfère jouer de prudence en matière de programme de crédit de taxes et met son projet sur la glace pour un certain temps.

À l'instar d'autres municipalités du Québec, Saint-Édouard avait la volonté d'offrir un programme d'accès à la propriété pour favoriser l'arrivée de nouveaux citoyens. La sortie en août d'un dossier dans La Presse concernant l'illégalité de certains programmes de crédit de taxes a refroidi les ardeurs des élus de l'endroit.

«Il y a eu plusieurs rencontres de conseillers pendant plusieurs mois pour le projet et notre technicien en aménagement a travaillé au niveau de la réglementation, déclare le maire, Michel C. Lemay. Avec les articles dans les journaux, on s'est mis à poser des questions sur la légalité du processus. On va attendre de voir de quelle façon le gouvernement va intensifier les contraintes par rapport aux remises de taxes et si d'autres municipalités fautives doivent retirer leurs programmes. On n'embarquera pas là-dedans pour se faire dire dans six mois que le programme n'est pas légal. On veut trouver une idée en respect des lois.»

La loi québécoise en la matière indique qu'une municipalité a la possibilité d'offrir des crédits de taxes pour la revitalisation d'un secteur où la majorité des bâtiments ont plus de 20 ans et dont la superficie est composée pour moins de 25 % de terrains non bâtis ou dans un centre-ville. Les propriétaires de maisons neuves ont le droit de profiter d'un programme de crédit de taxes si leur demeure se trouve dans un quartier dit mature. Les gens qui voudraient s'établir dans un nouveau développement domiciliaire ne peuvent avoir accès à ce genre de programme, selon la loi.

D'après le maire Lemay, le conseil va observer attentivement les éventuels développements dans ce dossier. Si aucune issue n'est possible, le conseil pourrait prendre une autre voie pour aider le secteur de la construction.

«On va peut-être transférer notre projet de programme de congé de taxes à un programme d'aide financière pour la rénovation du milieu. La loi ouvre la porte à des programmes de revitalisation du milieu. Ça pourrait être intéressant. On a des maisons qui sont assez âgées, avec de vieilles fenestrations, un extérieur qui a besoin d'être réparé, et nous avons des citoyens à faibles revenus. On pourrait aller dans ce sens-là. Mais rien n'est sûr, c'est seulement une intention qui serait possible.»

Si Saint-Édouard va de l'avant avec cette intention, la Municipalité profiterait de revenus supplémentaires découlant de la hausse de la valeur des maisons rénovées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer