Retrouvailles du 350e de Louiseville: «On est vraiment contents»

Bien qu'elle se dise satisfaite de la journée,... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste)

Agrandir

Bien qu'elle se dise satisfaite de la journée, l'organisation aurait espéré une plus grande assistance pour la venue du groupe Les Tireux d'Roches samedi soir.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Myriam Lortie
Le Nouvelliste

(LOUISEVILLE) C'est samedi qu'avait lieu la journée Retrouvailles à Louiseville, une journée qui s'inscrivait dans le cadre des activités entourant le 350e anniversaire de la ville. Même si le ciel s'est montré incertain à plusieurs reprises, l'organisation se dit satisfaite de cette journée de festivités.

Valérie Savoie-Barette, membre du conseil d'administration, Doris Scott,... (Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Valérie Savoie-Barette, membre du conseil d'administration, Doris Scott, présidente du comité des fêtes du 350e de Louiseville, Serge Noël, directeur des ventes à la radio 103,1 et le maire de Louiseville, Yvon Deshaies. La photo a été prise à l'occasion du méchoui à la Place Canadel samedi soir, dans le cadre de la journée Retrouvailles.

Photo: Émilie O'Connor Le Nouvelliste

«Ça s'est bien passé, mais disons que la température nous a joué des tours deux fois», explique Doris Scott, présidente des fêtes du 350e anniversaire. «Il y a eu deux ondées, mais rien pour annuler des activités. En général, on est vraiment contents de l'assistance des gens. On avait douze activités où les gens pouvaient aller. Il y avait environ 200 personnes dispersées un peu partout en tout temps. Nous avons atteint ce que j'espérais.»

L'activité qui a le mieux fonctionné est probablement le tour de ville guidé. En tout, six autobus ont été déployés pour que les citoyens visitent leur ville autrement. «C'est drôle des fois de se rendre compte à quel point ça fait longtemps que tu restes dans la même ville, mais qu'il y a des détails que tu ne connais pas beaucoup», poursuit Doris Scott.

La visite de l'homme fort Hugo Girard a fait fureur, de même que l'activité du «Bozo à l'eau». Ce jeu consiste à viser une cible pour faire tomber à l'eau une personne assise sur une plate-forme, au profit du Club Optimiste. Doris Scott s'est prêtée au jeu, ainsi que le maire Yvon Deshaies et quelques conseillers, ce qui a donné lieu à plusieurs moments cocasses.

Le méchoui, qui devait accueillir environ 150 personnes aura plutôt attiré avec joie 200 convives. Une quinzaine d'organismes étaient représentés lors du repas.

Par contre, du côté du bingo on attendait au moins 350 personnes samedi matin, mais moins d'une centaine de personnes se sont présentées. «On s'est rendu compte finalement que les gens aimaient ça l'écouter chez eux, à la radio.»

La principale déception de l'organisatrice réside dans le faible achalandage du samedi soir pour le spectacle des Tireux d'Roches, dont les membres viennent de la MRC de Maskinongé.

«C'est vraiment un groupe extraordinaire. Je pense que les gens étaient fatigués de leur journée. Je m'attendais quand même à une foule plus grosse. Ils sont tellement bons, quand on fait venir un groupe comme ça qui a joué à l'international, on s'attend à avoir plus de monde. S'il y a un groupe qui mérite d'avoir une foule c'est bien celui-la.» Environ 200 personnes se sont quand même déplacées, mais on en attendait le double. Soulevons toutefois que la soirée était en compétition avec les feux d'artifice du Grand Prix de Trois-Rivières.

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies, était très satisfait de la journée de samedi, où il en a profité pour aller à la rencontre de plusieurs citoyens. «Le point fort a été la rencontre des gens. Il y en a que ça fait des années qu'ils ne se sont pas vus.» Il a rapporté la présence de visiteurs de Montréal, Saint-Hyacinthe, Drummondville et même de la Thaïlande qui sont venus prendre part à la fête.

«On est dans les plus vieilles villes. Il y a Québec, Montréal et Trois-Rivières, mais Louiseville n'est pas bien loin derrière. Les fêtes du 350e font découvrir la ville aux gens.»

Il a tenu à rappeler qu'autrefois, Louiseville était connue comme étant l'hôtesse de la Maurice. Il compte bien redonner ce titre à sa ville. «C'est une ville accueillante de nature, on aime les gens. Pourquoi ne serions-nous pas le paradis de la famille?» Celui-ci espère bien faire passer le nombre d'habitants de 7600 à 10 000 dans les prochaines années.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer