Des délais qui teintent les états financiers à Saint-Boniface

Le maire de Saint-Boniface, Claude Caron.... (Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Saint-Boniface, Claude Caron.

Photo: Sylvain Mayer Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Saint-Boniface) Autre démonstration que la Municipalité de Saint-Boniface ne sait plus à quel saint se vouer pour obtenir l'autorisation d'entreprendre ses travaux pour réaliser son projet d'assainissement des eaux usées, l'administration avait prévu un montant de 2,3 millions $ en transfert gouvernemental pour cet investissement en 2014. Ce montant n'est jamais arrivé et il n'arrivera vraisemblablement pas en 2015 non plus.

Dans ses états financiers adoptés au début juin, le conseil municipal de Saint-Boniface déclare des revenus de transferts de 187 576 $ l'an dernier, loin de la prévision de 2 332 424 $ inscrite au budget. «Le projet d'assainissement des eaux usées n'a pas été fait», résume Maryse Grenier, secrétaire-trésorière de la Municipalité. «Nous avions prévu des subventions pour ce projet et nous ne les avons pas reçues.»

À la fin de la dernière année, le conseil municipal apprenait qu'un archéologue devait être embauché pour vérifier les entrailles du site retenu pour les bassins, tout près de l'intersection de la rue Principale et du boulevard Trudel-Ouest. Cet examen n'a pas encore été fait, la Municipalité préférant, pour le moment, mettre la priorité sur les détails techniques, comme par exemple la campagne de mesure de débit.

Le maire, Claude Caron, fait remarquer que son administration reçoit encore de nouvelles demandes pour ce projet qui n'aboutit pas. Sa dernière estimation, en 2011, établissait sa valeur à 4,7 millions $. «Le ministère des Affaires municipales nous a demandé de faire vérifier nos regards inversés», déplore le maire. «On doit repasser les caméras et refaire les débits. C'est sûr qu'on ne commencera pas encore le projet cette année. Ça fait six ans que je suis maire et ça fait six ans que ça zigonne. Il y a toujours quelque chose.»

Pour le reste, Saint-Boniface a dégagé un surplus de 80 367 $ en 2014, un résultat un peu plus serré qu'à l'habitude. Le conseil municipal s'en accommode quand même plutôt bien. L'excédent de fonctionnement non affecté atteignait tout de même 505 575 $ au 31 décembre. «On est à l'aise avec ça», mentionne M. Caron. «On ne veut pas surtaxer les gens non plus. Notre taux est bon, les gens viennent s'établir chez nous. Par contre, quand nous avons une malchance, nous avons des fonds disponibles pour réparer sans emprunter, comme la réfection du chemin Héroux l'an dernier.»

Dans les revenus de fonctionnement, Saint-Boniface a dû vivre avec une dégringolade provenant de la compensation pour la taxe de vente du Québec en 2014. En conséquence, les transferts sont passés de 691 955 $ en 2013 à 445 304 $ l'an dernier.

Les revenus d'imposition de droits ont aussi sérieusement chuté en 2014, passant de 329 773 $ à 194 314 $. Une soustraction de 41 %! «Ça comprend les droits sur les carrières et les sablières et nous n'avons pas beaucoup de contrôle là-dessus», concède Mme Grenier. «Nous avons des moyens de surveillance, mais nous n'avons pas de contrôle sur la vigueur de leurs activités économiques.»

De plus, l'année 2013 doit être considérée exceptionnelle pour les revenus provenant des droits de mutation, ajoute la secrétaire-trésorière. «Nous avions encaissé environ 100 000 $ de plus. Nous sommes revenus à la normale en 2014.»

Par contre, les revenus de taxes, à 4,2 millions $, ont surpassé les attentes prévues au budget.

Du côté des charges, le volet loisirs et culture a bondi de 26 % l'an dernier. Encore une fois, un élément non récurrent est venu teinter l'année, soit une subvention de 95 512 $ au Club de l'âge d'or pour la rénovation des salles de bains que l'organisation partage avec les bureaux municipaux. L'ensemble du projet représentait un investissement de près de 147 000 $. La Municipalité a aussi accordé de plus petits montants en 2013 et 2015, de sorte que son soutien atteindra finalement 101 970 $.

Enfin, notons que l'endettement net à long terme s'établit maintenant à 5,2 millions $ à Saint-Boniface, un montant qui bondit à 6,554 millions $ quand on y ajoute la quote-part de la Municipalité à la MRC de Maskinongé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer