Les négos commencent dans une semaine à Saint-Alexis-des-Monts

Michel Bourassa, maire de Saint-Alexis-des-Monts.... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Michel Bourassa, maire de Saint-Alexis-des-Monts.

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(SAint-Alexis-des-Monts) Les négociations visant à établir une première convention collective à l'hôtel de ville de Saint-Alexis-des-Monts prendront véritablement leur envol le 12 juin, mais le syndicat représentant les cols bleus et blancs aurait préféré que le processus se mette en branle bien plus tôt.

Une première rencontre a eu lieu le 15 mai entre les deux parties et le conciliateur Gilles Lachance. Le syndicat soutient avoir invité la partie patronale à plusieurs reprises au cours des derniers mois afin de lancer les négociations, mais cette dernière n'aurait pas acquiescé aux demandes.

«La négociation a été difficile à démarrer, déclare le conseiller syndical à la mobilisation de la Centrale des syndicats démocratiques, Denis Giguère. On a déposé nos demandes il y a un bout de temps. Quand on avait une date, ça n'aboutissait pas en rencontre, car c'était annulé par le patron. Au début, le patron disant qu'il n'avait pas d'avocat. Là, ils en ont pris un. On ne voyait pas arriver le début des négociations, donc ça prenait quelqu'un pour convoquer les parties. On a demandé un conciliateur.»

Michel Bourassa fait une lecture différente de la situation. D'après les informations reçues du procureur de Saint-Alexis, le maire estime qu'il est tout à fait normal d'avoir recours à un conciliateur pour établir une première convention collective.

«Paraît que c'est le normal des choses. Pour le délai, il faut s'entendre sur les dates. Il y a beaucoup de monde dans le dossier et il faut que ça adonne à tout le monde. Le syndicat a changé de conseiller syndical et ma directrice générale, qui est à la table de négociations, a une municipalité à gérer. Elle a plein de choses à faire.»

La Municipalité souhaitait également avoir en main les demandes salariales du syndicat avant d'entreprendre les discussions. Sauf que le syndicat affirme avoir attendu un certain temps pour obtenir la liste des salaires de Saint-Alexis, un document nécessaire à l'établissement de ses demandes en la matière. Ces demandes ont été déposées lors de la rencontre du mois de mai. Autre point qui accroche est le statut de quatre membres du personnel. La Municipalité affirme qu'ils sont des cadres. Le syndicat soutient que les tâches accomplies par ces personnes relèvent de l'accréditation syndicale et qu'elles devraient être ajoutées aux 27 travailleurs syndiqués. Une requête a été déposée à cet effet à la Commission des relations professionnelles.

Malgré ces deux éléments, autant le syndicat que la Municipalité envisagent la ronde des négociations avec positivisme.

«Il y a de la bonne volonté de la part des deux parties. Mais les premières rencontres sont souvent déterminantes. C'est là qu'on va voir si le patron veut avancer!», ajoute M. Giguère, discret sur le contenu des demandes syndicales.

Selon Michel Bourassa, les relations de travail sont bonnes à la Municipalité de Saint-Alexis. Il ne voit pas pourquoi les négociations seraient difficiles.

«Il n'y a pas d'animosité dans l'air, on ne sent pas ça. Les employés sont bien traités. On entrevoit ça très bien.»

Des rencontres de négociations sont déjà prévues le 23 juin et le 2 juillet, toujours en présence du conciliateur.

martin.lafreniere@lenouvelliste.qc.ca

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer