Harmonisation des noms de rues: au tour de Saint-Mathieu-du-Parc

Le maire de Saint-Mathieu-du-Parc, Claude McManus.... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Saint-Mathieu-du-Parc, Claude McManus.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Saint-Mathieu-du-Parc) Malgré le boucan suscité par le même type de démarche à Shawinigan depuis le début de l'année, la Municipalité de Saint-Mathieu-du-Parc se lance à son tour dans un processus d'harmonisation des noms de rues. Les citoyens qui habitent autour des nombreux lacs seront particulièrement touchés.

La population recevra, ces jours-ci, un communiqué qui explique les raisons de ce projet. La sécurité, l'optimisation des services de livraison, l'orientation des visiteurs et la mise à jour de cartes GPS sont avancés comme motifs pour justifier la démarche.

Le maire Claude McManus, un ex-commandant de la Sûreté du Québec particulièrement sensible aux observations des premiers répondants sur son territoire, mentionne qu'une employée municipale s'attelait à la tâche à temps perdu depuis quelques années, mais la somme de travail exigeait une ressource à temps complet.

La mission technique a donc été confiée à Martin Désilets, stagiaire en urbanisme jusqu'en août. Son embauche a été confirmée par le conseil municipal à la séance publique du 1er juin.

Actuellement, il relève les doublons et les incongruités des adresses, de sorte qu'il ne peut encore estimer le nombre de changements qui devront être effectués. Les citoyens peuvent partager les irritants rencontrés dans leur quotidien jusqu'au 19 juin.

«L'essence même du développement de la municipalité a causé des problèmes d'adresses et de noms de rues», explique M. Désilets. «Ça peut être surprenant d'apprendre qu'il y a des doublons à Saint-Mathieu-du-Parc. Les gens arrivaient sur le bord des lacs, puis s'aménageaient de petits chemins privés, qui sont devenus municipalisés. On peut avoir trois chemins différents, qui ne communiquent pas ensemble, mais qui portent le même nom. Pour les services de sécurité incendie, c'est très compliqué de savoir quelle entrée emprunter. Ça peut accentuer les délais.»

À première vue, le stagiaire observe peu de doublons au village. Les problèmes sont vraiment concentrés autour des lacs. On en compte 83 à Saint-Mathieu-du-Parc, dont environ le quart sont habités. «Ça va représenter au moins 90 % des changements qui se produiront», estime-t-il.

Des rencontres seront donc organisées avec les responsables d'associations de résidents des lacs et des séances d'information publiques seront aussi présentées cet été. Une banque de noms significatifs sera montée au cours des prochaines semaines pour stimuler la réflexion.

«On veut impliquer les citoyens assez tôt dans le processus», commente M. Désilets. «Il y a un sentiment d'appartenance des gens qui est tout à fait légitime. De plus, nous avons ici des gens qui n'ont pas Internet, ce qui peut amener certains problèmes. Nous voulons minimiser les impacts et accompagner les gens. On se doute quand même que nous allons chatouiller certaines personnes, mais on peut comprendre que ceux qui habitent depuis longtemps à la même adresse n'aient pas le goût de changer.»

M. McManus ne craint pas une levée de boucliers comparable à celle vécue dans la ville voisine.

«À Shawinigan, la fusion fait en sorte que les gens perdent un peu leur particularité», observe-t-il. «C'était évident que ça s'en venait. Ici, nous n'avons pas ce problème. Ça va rester Saint-Mathieu-du-Parc et nous n'avons pas l'intention de faire de gros chambardements. Personne ne s'énerve avec ça.»

La Municipalité ne se fixe pas d'échéancier pour le moment. Les consultations de cet été donneront une idée du rythme d'évolution du projet. Le maire ne s'attend toutefois pas à des changements officiels avant l'an prochain.

Outre l'embauche du stagiaire, M. McManus ne peut préciser encore les sommes d'argent qui seront investies dans cette démarche. Il s'attend toutefois à ce que la plus importante partie des dépenses s'effectuent en 2016. Ces montants seront donc prévus au prochain budget.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer