Grand Défi Desjardins: une randonnée cycliste aux multiples efforts

Gabrielle Fleury, Joël Bernier et Pierre Cloutier sont... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

Gabrielle Fleury, Joël Bernier et Pierre Cloutier sont parmi les 12 cyclistes qui feront le trajet Key West-Louiseville.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) De grands efforts attendent les 12 cyclistes qui se préparent à réaliser le Grand Défi Desjardins. Et malgré la rigueur de l'entraînement, la douleur appréhendée, la quête de financement et l'éreintant parcours de 3400 km qui arrive à grand pas, les participants semblent plus motivés que jamais à prendre part à ce tour cycliste.

Gabrielle Fleury, Joël Bernier et Pierre Cloutier sont trois des 12 personnes qui relèveront le défi de faire la randonnée entre Key West, en Floride, et Louiseville. À moins d'un mois du grand départ qui sera donné le 31 mai, ils sont assez fébriles à l'idée de se lancer sur les routes de plusieurs États américains dans une aventure qui s'annonce mouvementée.

M. Bernier, directeur du développement des affaires à la Caisse Desjardins de l'ouest de la Mauricie, qui est l'organisatrice de l'événement, est l'instigateur de cette activité. Passionné de plein air et cycliste depuis plus de 10 ans, il a été frappé par la tenue de certaines activités de financement dont le résultat n'était pas tout à fait à la hauteur des efforts consentis pour les organiser.

«La caisse devait embarquer, car ça demande beaucoup de temps. On a appelé Pierre Lavoie. Il a dit oui. Tout s'est enchaîné», raconte M. Bernier, en faisant un lien avec la Fondation Grand Défi Pierre Lavoie qui gérera les 120 000 $ amassés par les cyclistes, à raison de 10 000 $ par participant.

Trouver 10 000 $ au sein de la communauté a d'ailleurs fait hésiter Pierre Cloutier. Reconnu pour son engagement communautaire, l'agent de développement et de communication de la Société d'aide au développement des collectivités de la MRC de Maskinongé a été approché à deux reprises avant de finalement accepter de plonger.

«Je suis un bon promoteur, mais je n'ai pas l'âme du quêteux. Quand Sylvie (Lafrenière, agente de communications de la CDOM et participante au défi), m'a contacté pour me rappeler que je m'implique auprès des jeunes depuis des années, je ne me voyais pas ne pas être là. Je me suis fait une liste de donateurs et c'est pas pire!», confie M. Cloutier, qui a amassé 9000 $ jusqu'à maintenant.

Gabrielle Fleury est une novice en vélo, mais une jeune femme soucieuse de sa santé. Adepte du spinning, la conseillère en entrepreneuriat et en développement de projets au Carrefour jeunesse emploi de la MRC de Maskinongé a commencé à faire du vélo il y a un an. Elle compte bien profiter de l'expérience de ses acolytes dans la randonnée pour gagner du vécu en la matière.

«Le défi me titillait, c'était vraiment intéressant. Mais j'ai une jeune famille, il y a une logistique avec le conjoint. La recherche de financement, c'est du stress. Mais le défi me tentait», raconte Mme Fleury, qui a fait le saut après que son conjoint l'eut encouragée à le faire.

Joël Bernier précise que tous les participants ont atteint l'objectif de 10 000 $ ou sont sur le point d'y arriver. Il est très confiant de parvenir à dépasser l'objectif de 120 000 $.

UNE DIFFÉRENCE POUR LA COMMUNAUTÉ

Le Grand Défi Desjardins a l'objectif d'amasser des fonds pour la réalisation de projets visant le mieux-être des 1900 enfants fréquentant les 10 écoles primaires dont la municipalité est desservie par la Caisse Desjardins de l'ouest de la Mauricie.

La bonne contribution des gens d'affaires de la MRC de Maskinongé, l'appui de commerçants et le soutien des familles et des amis ont permis d'amasser autant d'argent en une période économique qui n'est pas parmi les plus favorables. Mais tout le monde qui a embarqué financement dans l'aventure le fait pour la bonne cause, à l'image des douze cyclistes.

«On le fait pour transmettre le message qu'on peut réaliser un défi. Il faut y mettre l'effort.C'est tout un exemple à donner pour les enfants», déclare Pierre Cloutier.

«On est des promoteurs de santé», estime Gabrielle Fleury.

Joël Bernier souhaite pour sa part que la réalisation de ce défisaura être une source d'inspira-tion.

«J'espère que ça va donner du gaz à des gens pour faire quelque chose, pour lancer une entreprise. On peut faire quelque chose de grand ici, en secteur rural. Si tu veux y mettre les efforts, pour n'importe quel rêve, vas-y! Go! Fonce, fais-le et entoure-toi.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer