Des tablettes électroniques à l'école Saint-Léon

Laurence Deschênes et Cédric Charette, deux élèves de... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Laurence Deschênes et Cédric Charette, deux élèves de la maternelle 4 ans de l'école Saint-Léon, utilisent la tablette tactile avec beaucoup de plaisir.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Saint-Léon-le-Grand) C'est un véritable effort collectif qui permet aux 70 élèves de l'école Saint-Léon de profiter de quinze tablettes électroniques qui serviront à faciliter leur apprentissage et qui influenceront assurément leur niveau de motivation.

Le projet de plus de 16 000 $ a été réalisé grâce à la contribution de près de 13 000 $ de la Fondation de l'école Yamachiche-Saint-Léon, à celle de la direction de l'école et au dévouement de l'équipe d'enseignantes ayant monté et réalisé le dossier. L'équipe de l'école était d'ailleurs très heureuse d'accueillir parents et journalistes hier matin à l'école Saint-Léon.

«Les tableaux interactifs ont été la première étape (dans le virage technologique). La suivante, ce sont les tablettes tactiles. Ça permet d'avoir accès à une multitude d'applications. Ça permet d'aller plus loin que les cahiers d'activités. Les possibilités sont infinies», commente Claude Chartrand, le directeur de l'école.

Les 15 tablettes iPad ont fait leur entrée à l'école Saint-Léon il y a trois semaines et sont utilisées à tour de rôle. Les enseignantes et les élèves les prennent pour des travaux de français (rédaction de textes avec photos et montage graphique, exercices de vocabulaire) ou de mathématiques (concours de vitesse pour répondre à des questions de multiplication).

«Les enfants sont émerveillés! On voit des étoiles dans leurs yeux. Les tablettes facilitent les choses. Tout devient agréable et un jeu pour les enfants», estime Jessica Caouette, enseignante en cinquième année et en sixième année.

Du haut de ses cinq ans fraîchement célébrés, Cédric Charrette a accepté de délaisser sa tablette électronique durant quelques secondes pour parler du sujet du jour.

«J'aime jouer, faire des choses en jouant, j'aime les couleurs», raconte Cédric, affairé à mettre dans un ordre logique différents cercles illustrant les étapes pour la réalisation d'un dessin.

Thomas Lindenberger, 12 ans, est un élève de sixième année. Il adore visiblement se servir de cet équipement.

«J'aime la tablette, car ça fait découvrir de nouvelles affaires. Quand les tablettes arrivent dans la classe, c'est le fun. Yeah

Denis Pellerin mentionne que la fondation a vite embarqué dans ce projet en raison entre autres de l'enthousiasme et du professionnalisme démontrés par les enseignantes dans la préparation et la présentation du projet.

«Elles ont investi beaucoup de temps en dehors des heures de travail. Elles ont une véritable passion pour leur métier. C'est une petite école ici. Avec le projet, ça va être un plus pour l'enseignement.

Il y a tellement de décrochage scolaire. Si, avec ce projet, on réussit à sauver deux ou trois jeunes du décrochage, ça vaut la peine», commente le président de la fondation qui a réussi à amasser quelque 50 000 $ en deux ans d'existence en organisant des activités de financement et en comptant sur l'aide des Municipalités et des entreprises du secteur.

Un parc de 971 tablettes iPad

La présence de tablettes tactiles dans les institutions d'enseignement est un mouvement qui s'installe graduellement et sûrement au sein de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy.

La Commission scolaire a acquis ses premières tablettes iPad en 2011. Quatre ans plus tard, le parc de tablettes tactiles est de 971 appareils pour l'usage des élèves et des enseignants.

«Seulement cette année, on a acheté 232 tablettes pour 21 écoles, soit 18 écoles primaires et trois secondaires», raconte Laurent Cabana, directeur des ressources matérielles et de l'informatique à la Commission scolaire du Chemin-du-Roy, en spécifiant que les 15 tablettes de l'école Saint-Léon font partie des 971 appareils.

Hélène Corneau est d'avis que l'utilisation des tablettes tactiles est là pour rester.

«Ce qu'on trouve intéressant dans l'utilisation de tablettes est que toutes les applications disponibles ont un caractère pédagogique. Il y a des applications fort pertinentes. Selon moi, c'est une tendance qui va s'accentuer», raconte la directrice générale de la Commission scolaire du Chemin-du-Roy qui était présente hier à la conférence de presse dévoilant le projet de tablettes tactiles à l'école Saint-Léon.

Jérôme Fréchette, enseignant en sixième année à l'école intégrée des Forges de Trois-Rivières, admet volontiers qu'il est un passionné de cet équipement et de ses possibilités. Il a convaincu la direction de son école de fournir une tablette à chacun de ses 25 élèves pour l'année 2014-2015 après avoir expérimenté le iPad un an plus tôt en projet-pilote.

«L'enseignement se fait d'une tout autre façon puisque les élèves sont amenés à être au centre de leurs apprentissages. L'enseignement magistral en classe, beaucoup moins fréquent, sert davantage à consolider les apprentissages que l'élève est en cours d'acquisition ou tout simplement pour faire une mise au point. L'accès web en tout temps est un avantage à l'ère à laquelle nous vivons. Cet accès permet la recherche d'information, le partage de documents, le réseautage en classe, etc.»

Les tablettes fraîchement acquises par l'école Saint-Léon permettent aux enfants d'avoir accès à plus de 130 applications. Claude Chartrand, directeur de l'établissement, croit que la tendance est bien implantée.

«C'est plus qu'une mode. Écoute, les enfants de la maternelle quatre ans savent comment s'en servir! Et en plus, on développe l'autonomie des enfants.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer