Parc des Chutes de Sainte-Ursule: la Municipalité est propriétaire

Réjean Carle, maire de Sainte-Ursule.... (Photo: François Gervais Le Nouvelliste)

Agrandir

Réjean Carle, maire de Sainte-Ursule.

Photo: François Gervais Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(SAINTE-URSULE) «Maintenant qu'on est chez nous, on aura les coudées franches pour le parc.»

L'attente a été longue pour le maire Réjean Carle, mais Sainte-Ursule est finalement propriétaire du parc des Chutes après avoir manifesté en juin 2013 sa volonté de se porter acquéreur de cette infrastructure. La Municipalité a signé tous les documents nécessaires avec le ministère des Transports du Québec pour acheter le parc au montant de 132 000 $. Le dossier a été conclu vendredi.

Ce n'était qu'une question de temps avant de conclure la transaction entre les deux parties. Mais Sainte-Ursule tenait au respect d'une clause dans le contrat, ce qui peut avoir retardé le procédé.

«Cette clause est pour protéger l'avoir des citoyens. Mais maintenant, c'est réglé et on est bien content», précise le maire Carle, en faisant référence à cette clause qui fait en sorte qu'advenant une vente future des infrastructures du parc des Chutes par Sainte-Ursule (le gouvernement demeure propriétaire du terrain), celle-ci ne pourrait se faire pour la somme symbolique d'un dollar et tiendrait compte des investissements effectués au fil du temps par la Municipalité.

Nouvelle propriétaire du parc des Chutes, Sainte-Ursule veut relever le défi de le rendre plus attrayant. La mise en place d'un projet-pilote de trois spectacles musicaux au cours de l'été fait partie des ajouts afin de faire en sorte que la visite soit encore plus agréable.

«On veut que les gens viennent pour les chutes et pour autre chose. Les spectacles sont une autre activité. On pourrait aussi parler de visites guidées, de ramener un symposium de peinture», donne comme possibilités le maire de Sainte-Ursule.

La lenteur entourant le règlement de cette transaction n'a pas empêché la Municipalité d'investir environ 100 000 $ depuis deux ans pour entre autres refaire l'escalier du belvédère et les clôtures entourant les chutes. Mais Sainte-Ursule aura besoin d'aide pour aller plus loin.

«On avait des projets, mais le financement gouvernemental a changé, rappelle Réjean Carle. Le CLD pouvait nous aider avec un fonds dans le volet social, mais il a été coupé et on ne sait pas combien de temps le CLD sera là. Il faudra voir si des aides seront disponibles. On ne peut pas investir 300 000 $ ou 400 000 $ provenant de la Municipalité.»

Sainte-Ursule sait aussi qu'elle devra continuer à faire son bout de chemin. Quelque dizaines de milliers de dollars seront nécessaires pour rénover le pavillon d'accueil. La Municipalité réfléchit au lancement d'un plan de promotion afin de mieux faire connaître son équipement dans le but d'augmenter l'achalandage.

Selon le maire de Sainte-Ursule, environ 14 000 personnes ont visité le parc des Chutes l'an dernier. Cette statistique est semblable aux chiffres des trois années précédentes. La Municipalité aurait aimé dépasser cette marque en 2015, mais étant donné que la transaction a tardé à être officialisée, la cible des 14 000 personnes est visée pour la saison 2015 qui débute vendredi.

UN OBNL

La gestion du parc des Chutes est confiée à un organisme à but non lucratif appelé Chutes de Sainte-Ursule 2014. L'organisme est présidé par le conseiller Jeannis Charette. La conseillère Josée Bellemare et le conseiller Louis Baril complètent l'équipe de direction de cet OBNL.

La coordonnatrice du parc, Nancy Paillé, demeure en poste.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer