Route Langue-de-Terre: projet et répartition de la facture à évaluer

La route Langue-de-Terre est fréquemment inondée au printemps,... (Archives Le Nouvelliste)

Agrandir

La route Langue-de-Terre est fréquemment inondée au printemps, comme l'illustre cette photo prise en avril 2014.

Archives Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Maskinongé) Le projet de rehausser une section de la route Langue-de-Terre à Maskinongé pourrait coûter autour de 200 000 $ et les dépenses entourant ce projet, de même que la répartition de la facture, seront abordées lors d'une rencontre qui pourrait avoir lieu dès le mois de mai entre les citoyens de ce secteur et le conseil municipal.

Il y a un an, ce secteur habitué aux inondations printanières avait été sérieusement touché par la crue des eaux, ce qui n'est pas le cas cette année. Des citoyens avaient ensuite acheminé une pétition au conseil pour demander aux élus de monter le niveau d'une section de ce chemin, question de faciliter la circulation automobile.

La Municipalité a fait faire des relevés de terrain dans cette zone en préparation d'un possible rehaussement sur 550 mètres. Maskinongé doit aussi jongler avec les différentes exigences gouvernementales en matière de travaux à effectuer en zone inondable.

«On a besoin de faire faire une étude pour savoir si le rehaussement va nuire à l'écoulement de l'eau et des glaces. C'est une exigence du ministère de l'Environnement pour tout projet qui dépasse 300 mètres de rehaussement. Je m'attends à ce que l'étude coûte entre 25 000 $ et 35 000 $», mentionne le maire de Maskinongé, Roger Michaud.

Le ministère de l'Environnement pourrait refuser d'accorder un permis si l'étude prouve que l'écoulement de la rivière Maskinongé est perturbé par un projet de rehaussement. D'autre part, en ajoutant les frais de cette étude aux estimations de coûts pour la réalisation des travaux (entre 150 000 $ et 160 000 $), la facture commence à être importante.

«Qui va payer la facture? se demande M. Michaud. C'est ce dont je veux discuter avec eux. La formule de l'utilisateur-payeur, ça peut être une possibilité. La facture à l'ensemble, ça peut être une solution ou bien une partie de la facture pour l'ensemble et l'autre pour le secteur. C'est pour ça que je vais leur en parler et ils vont décider.»

Maskinongé va aussi réfléchir à la possibilité d'utiliser une partie du programme de remboursement de la taxe d'accise sur l'essence.

Environ 30 maisons sont concernées par ce projet de rehaussement du niveau de la route.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer