Le réseau d'égout de l'avenue Royale à Louiseville pourrait être prolongé

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Le conseil de Louiseville confiera sous peu à une firme d'ingénieurs le mandat d'évaluer la possibilité de prolonger le réseau d'égout de l'avenue Royale.

L'adoption en octobre d'un plan d'action par le conseil, concernant la conformité des installations privées de traitement des eaux usées, commence à faire jaser pas mal au sein de la population. Et avec l'entrée en poste d'une spécialiste en installations septiques qui a commencé depuis une semaine à vérifier l'état des installations privées des quelque 460 maisons non raccordées au réseau public, les gens savent que des décisions devront être prises à court ou à moyen terme, décisions qui impliqueront des dépenses.

De nombreux citoyens de ce secteur de Louiseville étaient d'ailleurs présents à la séance de lundi. René Ringuette a agi en quelque sorte à titre de porte-parole de ses voisins. Après avoir mentionné que, selon certaines estimations, l'installation d'un système privé peut représenter un investissement variant de 7000 $ à 15 000 $, il a demandé aux élus s'ils étaient intéressés à commander la réalisation d'une étude sur le prolongement du réseau d'égout.

La réponse, c'est oui.

«On va demander une expertise à une firme d'ingénieurs pour voir si c'est faisable et à quel coût. Si c'est économique, on est ouvert à cette idée. Il y a une trentaine de maisons dans ce secteur, plus 15, 20 autres un peu plus loin sur Royale. On va en avoir le coeur net», commente le maire, Yvon Deshaies.

Le réseau actuel de l'avenue Royale s'arrête à la voie ferrée. Les ingénieurs devront prendre en considération le fait de traverser cette voie afin de rejoindre les maisons qui pourraient être branchées.

«Si c'est raisonnable comme coût, ça peut être faisable, convient le maire. Si ça peut aider les citoyens, on va le faire. Et si on y va avec un prolongement, on va vérifier pour obtenir des subventions. On sait déjà que pour des fosses privées, il n'y a rien de disponible au gouvernement.

L'avenue Royale longe la rivière du Loup du côté est. Certaines maisons sont en bordure de ce cours d'eau.

PAS DANS GRANDE-CARRIÈRE

La volonté populaire exprimée par des citoyens pour le prolongement du réseau d'égout public s'est aussi manifestée du côté du chemin Grande-Carrière, Cécile Michaud, une habituée des séances du conseil, n'en était pas à sa première demande pour que sa résidence soit connectée au réseau d'égout: elle qui a suivi le dossier assidûment depuis que le conseil alors dirigé par Guy Richard avait donné son aval au prolongement du réseau sur 1,5 km vers le nord, en 2008. Le prolongement s'est arrêté au commerce Clément motos, à peu de distance de la résidence de Mme Michaud.

Yvon Deshaies était conseiller à cette époque. Il se souvient que le conseil avait limité le prolongement en raison du faible nombre de résidences au nord du commerce.

«Pour l'instant, il n'y aura pas d'étude pour regarder le prolongement de l'égout. Il n'y a pas eu de discussion là-dessus.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer