Festival de la galette: Picotte en a assez des critiques

Yvon Picotte se prépare à faire ses adieux... (Photo: François Gervais)

Agrandir

Yvon Picotte se prépare à faire ses adieux à l'organisation du Festival de la galette de sarrasin de Louiseville.

Photo: François Gervais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) «Je n'ai rien à prouver à personne, je n'ai pas besoin d'ajouter quoi que ce soit à mon c.v. Mais j'ai assez donné. Je laisse les bougons penser comme des bougons et moi, je pense comme un gars qui développe. Quand ces gens auront un c.v. comme le mien, ils viendront se confronter à moi. Et je le dis sans arrogance.»

Yvon Picotte en a assez d'entendre des gens critiquer sans retenue le Festival de la galette de sarrasin de Louiseville, que ce soit par les journaux ou sur les réseaux sociaux. Cet événement célébrera ses 37 ans en octobre prochain et sera présidé par l'ancien député pour la 15e et dernière année.

Ce n'est pas la première fois qu'Yvon Picotte parle de son désir de laisser la présidence. Lors de la dernière assemblée générale annuelle, tenue il y a un peu plus d'une semaine à Louiseville, il a passé son tour lorsque les élections ont été annoncées. Il a toutefois consenti à rester en poste pour la prochaine édition, mais il laissera les guides du festival à André Auger, un producteur de porcs de Yamachiche et membre du conseil d'administration du festival depuis six ans.

«J'ai donné beaucoup au festival et je ne regrette rien. Je ne veux plus être président. Je lâche, car il y a bien des gens qui chialent, mais peu qui veulent s'impliquer. Du chialage, je n'en veux plus. J'ai autre chose à faire dans ma vie», lâche M. Picotte, qui va offrir sa collaboration à André Auger, un homme pour qui il n'a que de bons mots.

La programmation, l'aspect financier, la composition du conseil d'administration et le mandat même du festival ont fait l'objet de critiques. Yvon Picotte rappelle à tous ses dénigreurs que son implication au festival remonte à bien plus loin que son passage au sein du conseil d'administration.

«Quand j'étais ministre, je donnais 25 000 $ au festival en plus de payer 10 000 $ pour assurer la permanence du père Sarrasin pour la promotion du festival. Ça fait 35 000 $. Aujourd'hui, on reçoit 15 000 $ par année du ministère du Tourisme. Le festival, je l'ai collé à la peau. Je dis aujourd'hui à tous les chialeux de faire autant que moi et de prouver qu'ils sont bons.»

Léger surplus en 2014

L'édition 2014 du festival permet à l'organisation de clore la dernière année avec un surplus d'environ 5000 $. On est loin des 50 000 $ amassés en 2013, mais la météo a été nettement plus maussade en 2014.

«Il n'a pas fait beau la moitié du temps. Par contre, les spectacles ont bien marché. Compte tenu de la température, c'est bon comme résultat», commente M. Picotte.

Le prochain festival aura lieu du 2 au 11 octobre. La programmation des spectacles sera élaborée au cours des prochaines semaines, mais il est déjà acquis que les Cousins Branchaud seront de la partie.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer