Chez Gerry est à vendre

Richard Forget vient de mettre en vente le... (Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste)

Agrandir

Richard Forget vient de mettre en vente le centre récréotouristique Chez Gerry.

Photo: Sylvain Mayer, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Saint-Paulin) Le centre récréotouristique Chez Gerry de Saint-Paulin est à vendre. Moins de deux ans après avoir acheté ce commerce de Saint-Paulin, Richard Forget veut s'en départir.

M. Forget avait rouvert le commerce en janvier 2014. L'entreprise a compté jusqu'à une douzaine d'employés. Il reconnaît que les affaires étaient au ralenti, ce qui l'a convaincu de cesser les activités du commerce il y a plus de six mois déjà. Il a décidé de le mettre sur le marché il y a environ deux mois.

«J'ai toujours mon resto-bar à Montréal et j'ai des investissements dans du développement commercial et résidentiel à Blainville et à Terrebonne. J'ai aussi une ferme agricole à Sainte-Anne-des-Plaines. Une business, il faut s'impliquer pour que ça fonctionne. Je ne suis pas là pour m'en occuper. Si j'avais eu juste ça (Chez Gerry), ça aurait marché.»

L'homme d'affaires avait acheté le commerce à l'été 2013. Selon lui, il avait fait une bonne affaire en mettant la main sur cette entreprise mise en faillite en décembre 2012.

«J'ai acheté ça, car je devais vendre mon resto-bar à Montréal. Sauf que le gars n'a jamais payé! Ce n'était pas trop cher et je voyais quelque chose à faire. Mais ça fait longtemps que je suis en business et j'en ai vu d'autres», raconte celui qui ne semble pas trop regretter sa décision.

Selon M. Forget, il est difficile pour Chez Gerry de rouler à plein régime 12 mois par année. La dernière saison de motoneige et des sucres n'a pas été mauvaise, mais le fait d'être un commerce davantage saisonnier comporte son lot de difficultés.

«Pour un commerce qui roule de janvier à avril, t'as pas le même type de personnel que pour un commerce qui roule 12 mois par année. Et le contexte économique fait que les gens n'ont presque pas d'argent. Tu ne peux pas dépenser l'argent que tu n'as pas. Depuis 2010, la business a coupé de moitié, avec les mêmes dépenses.»

Richard Forget veut obtenir autour de 700 000 $ pour se départir de sa propriété de Saint-Paulin. Les propriétaires précédents avaient investi un million de dollars dans la reconstruction de l'entreprise qui avait été détruite par un incendie en 2010.

M. Forget se donne un an pour régler la vente du commerce qui demeure fermé. Si personne ne se présente à sa porte, il pense transformer la bâtisse en lieu d'entreposage. Un projet d'aménager une cinquantaine de terrains de camping sur sa propriété est aussi évoqué.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer