D'autres municipalités aident leur paroisse

La fabrique de Saint-Justin est au nombre des... (Photo d'archives, Le Nouvelliste)

Agrandir

La fabrique de Saint-Justin est au nombre des paroisses dont les ressources financières s'essoufflent.

Photo d'archives, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Saint-Étienne-des-Grès) La décision de Louiseville de soutenir financièrement la fabrique de la paroisse locale n'est pas un fait nouveau au sein de la MRC de Maskinongé. D'autres administrations municipales aident leur paroisse, une politique qui n'est toutefois pas répandue partout.

Ayant l'habitude de gratter la glace dans le stationnement de l'église, d'épandre du sable et de passer le balai mécanique au printemps, la Municipalité de Saint-Étienne-des-Grès participe à une campagne de financement de l'église en fournissant 5000 $ d'ici 2017.

«L'église a besoin de beaucoup de rénovations et elle a lancé une campagne de financement. La Municipalité a embarqué parce que l'église est reconnue comme patrimoine religieux. Si ça n'avait pas été le cas, on n'aurait pas accepté la demande. On aide à cause de la reconnaissance du patrimoine religieux. On se donne une vision si une autre religion venait à faire une demande», déclare Robert Landry, le maire de Saint-Étienne.

L'entretien sporadique du stationnement de l'église représente des coûts d'environ 1000 $ par année, selon le maire Landry.

«On veut garder notre église. Ça fait partie de l'âme d'une municipalité même si les gens la fréquentent moins.»

Saint-Alexis-des-Monts fait partie des municipalités qui donnent un coup de main à la fabrique. L'aide accordée se fait sous la forme d'heures de travail et de machinerie fournies par le service des travaux publics pour certaines tâches d'entretien.

«On a un anneau de glace près de l'église et il y a un bâtiment de services qui sert aux patineurs. Cette bâtisse est l'endroit où sont placés les bureaux du festival de la truite mouchetée. L'hiver, on déneige le stationnement arrière de l'église, près du bâtiment. L'été, on fait la coupe de gazon», explique Gilles Frappier, secrétaire-trésorier de la Municipalité de Saint-Alexis.

La coupe de gazon est une mesure instaurée depuis trois ans, alors que le déneigement est une tâche accomplie depuis plus de 10 ans. Selon M. Frappier, cet apport de la Municipalité peut être évalué à environ 4000 $ par année.

La fabrique de Saint-Justin est au nombre des paroisses dont les ressources financières s'essoufflent. Lorsque la situation a été ramenée dans l'actualité au printemps dernier, des citoyens avaient avancé l'idée de financer la paroisse à même les taxes municipales.

L'idée avait alors été rejetée par Jean-Claude Gauthier. Le maire racontait à ce moment que le financement d'une église n'était pas une question municipale. Sept mois plus tard, le maire tient le même discours.

«De par la loi, les municipalités ne peuvent pas taxer leurs citoyens pour l'église. Notre position au conseil ne change pas», souligne M. Gauthier, qui reconnaît volontiers que la disparition d'une église a des conséquences négatives pour tout village.

Partager

À lire aussi

  • Louiseville aide la fabrique

    Maskinongé

    Louiseville aide la fabrique

    Soucieuse de participer à la pérennité du parc des Ursulines, la Ville de Louiseville fournira 30 000 $ à la fabrique de la paroisse... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer