Les Lampron de Saint-Boniface désignés famille agricole de l'année

À gauche, les frères Daniel, Pierre et Alexandre... (Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste)

Agrandir

À gauche, les frères Daniel, Pierre et Alexandre Lampron et leurs parents, à droite, Estelle St-Pierre et Yves Lampron.

Photo: Émilie O'Connor, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Saint-Boniface) L'enviable titre de «Famille agricole de l'année» de la Fondation de la famille terrienne vient d'être décerné à Estelle St-Pierre et Yves Lampron et à trois de leurs six enfants qui ont pris la relève de la ferme familiale, Pierre, Daniel et Alexandre.

Les trois fils représentent la sixième génération de producteurs dans cette entreprise agricole de Saint-Boniface fondée en 1858.

Et la septième génération n'est pas très loin derrière, se réjouit Yves Lampron. Trois petits-fils s'intéressent en effet à la ferme ancestrale.

Le titre de Famille agricole de l'année «est une belle tape dans le dos. Le travail qu'on a fait dans le passé, on s'aperçoit qu'on ne l'a pas fait pour rien. On a travaillé beaucoup pour se rendre là», résume Yves Lampron.

Le nom des Lampron n'en est pas à ses premiers honneurs. Le grand-père, Claude Lampron, avait remporté la Médaille d'argent de l'Ordre du Mérite agricole en 1943. C'est donc dire qu'on a l'agriculture dans le sang, dans cette famille.

C'est en se propulsant constamment vers des méthodes d'avenir que les Lampron ont réussi à faire prospérer leur entreprise agricole pendant 156 ans.

À la fin des années 1980, la ferme laitière se tourne en effet vers la production biologique à une période où certains soutenaient encore que l'agriculture biologique n'était pas viable. «On le faisait par conviction», racontent les trois frères.

Selon les principes prônés par l'agriculture biologique, la ferme n'utilise pas d'engrais chimiques ni d'herbicides pour cultiver les céréales.

«Dans le chimique, ça n'avançait pas. Tu détruis une mauvaise herbe, mais il y en a d'autres qui reviennent, aussi agressives que l'autre», raconte Yves Lampron.

C'est dans cet esprit que les Lampron décident de s'intéresser aux méthodes de culture plus naturelles, plus durables et qui permettraient de garder leur terre et leurs animaux en santé à long terme.

C'était une période où certains agronomes disaient à qui voulait bien l'entendre que si tout le monde se tournait vers l'agriculture biologique, les gens mourraient de faim. Aujourd'hui, les Lampron sont bien fiers de dire que l'agriculture bio fonctionne très bien. «C'est motivant de produire autant que le conventionnel», fait valoir Pierre Lampron.

Ce n'est pas avant 1998, toutefois, que la famille obtient une certification officielle.

Ce n'est qu'à cette date, en effet, que la famille était désireuse de se lancer dans les marchés biologiques.

Non contente de faire la culture biologique d'orge brassicole et de soja pour la consommation humaine, les Lampron apportent aussi une attention très particulière au confort de leurs vaches laitières. L'été dernier, ils ont construit un salon de traite de 20 unités muni d'un système de récupération d'énergie. Pas moins de 130 vaches en lactation peuvent y circuler librement et bénéficier d'une litière de sable. En été, les animaux broutent dans les pâturages.

«Le confort animal est très important», fait valoir Yves Lampron en indiquant que c'est la meilleure façon de prévenir les maladies chez les animaux.

La ferme fait aussi quelques activités agricoles complémentaires. Elle élève quelques bovins biologiques pour la fermeLe Crépuscule d'Yamachiche et cultive de l'orge biologique pour l'organisme Bio Malt Mauricie et le marché des microbrasseries.

Même s'ils sont à la retraite, Estelle et Yves Lampron donnent encore de nombreuses heures à la ferme pour aider leur relève.

Dans son communiqué de presse, l'UPA de la Mauricie dit des Lampron que ce sont desgens «curieux de nature, ouverts aux changements technologiques et issus d'une lignée de patenteux.»

Ils s'impliquent bénévolement dans leur communauté dans diverses organisations agricoles, mouvements sociaux et organisations sportives.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer