La préoccupation régionale du maire Yvon Deshaies mise à l'épreuve

Yvon Deshaies ne cache pas sa déception devant... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Yvon Deshaies ne cache pas sa déception devant le refus de presque toutes les Municipalités avoisinantes de soutenir financièrement leurs jeunes hockeyeurs et patineurs artistiques qui pratiquent leur sport à l'aréna de Louiseville.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) «Depuis un an, la préoccupation régionale, je ne la sens pas. On est-tu une MRC qui se tient ou non?»

Yvon Deshaies s'est toujours décrit comme étant un élu avec un esprit de développement régional. Un an après son arrivée à la mairie de Louiseville, force est de constater que sa préoccupation régionale en prend pour son rhume: l'échec de la volonté de répartir le fardeau fiscal de l'aréna de Louiseville au-delà des limites de la ville est à l'origine de ce sentiment. Cela pourrait même conduire le conseil à remettre en question le partenariat qui l'amène à verser 105 000 $ sur trois ans au CLD de Maskinongé afin de soutenir la prospection d'entreprises et de développer le parc industriel régional.

En raison des coûts importants associés à l'exploitation d'un aréna, le conseil de Louiseville a décidé il y a quelques mois d'imposer à l'Association du hockey mineur et au Club de patinage artistique le paiement des frais de location de la glace. Cette décision a fait grimper les frais d'inscription.

En retour, le conseil accorde du financement à ses jeunes sportifs qui pratiquent ces deux activités, ce qui réduit ou annule la hausse des coûts d'inscription. Louiseville souhaitait que les municipalités voisines en fassent autant avec leurs jeunes citoyens. Ce n'est majoritairement pas le cas.

Yvon Deshaies s'est vidé le coeur lors de la séance du conseil de Louiseville de lundi. Il ne digère pas que seule Yamachiche accepte de financer une partie des frais d'inscription des enfants de sa localité qui jouent au hockey mineur ou qui font du patinage artistique à l'aréna.

«Ce n'est pas parce qu'on est la plus grosse municipalité qu'on peut tout donner. Quand on a rencontré les autres maires, et il y a eu très peu de monde à nos deux réunions, on leur a dit que c'était normal d'avoir le système d'utilisateur-payeur. On a demandé aux municipalités de payer pour leurs jeunes, pas pour administrer l'aréna. Il y a juste Yamachiche qui embarque. Louiseville paie tout le temps, mais ne reçoit rien. Ça me déçoit. Il y a même des maires qui ont osé me dire qu'on ne savait pas administrer! Mais si je pouvais mettre l'aréna sur des roulettes, je la roulerais chez mes voisins! Et on paierait pour nos jeunes.»

M. Deshaies admet qu'on puisse s'attendre à retrouver dans la seule ville de la MRC des services qu'on ne voit pas ailleurs. Il aurait aimé que ses voisins fassent preuve d'une volonté de développement régional avec le dossier de l'aréna, comme le conseil louisevillois l'a fait en acceptant de donner 35 000 $ par année, en 2014, 2015 et 2016, au CLD de Maskinongé.

«On a eu une grosse discussion là-dessus. Peut-être qu'on ne donnera plus rien. On va payer le premier 35 000 $, mais les 70 000 $ qui restent, ce n'est pas acquis qu'on va les verser. On ne désavoue pas le travail du CLD, mais on ne sait pas ce qui va arriver avec ces organismes. Il y a des coupes de 56 % dans le budget du CLD.»

Invité à commenter cette déclaration d'Yvon Deshaies, Robert Lalonde fait preuve de prudence. Le préfet de la MRC et le président du CLD de Maskinongé attend de rencontrer personnellement le maire de Louiseville pour discuter du dossier.

«Pour l'avenir du CLD, on ne sait pas encore. Il faut regarder pour avoir le moins de perte possible. Mais Louiseville n'a pas encore passé de résolution (pour mettre fin au partenariat avec le CLD). Je vais attendre que M. Deshaies m'en parle.»

Le maire Deshaies précise toutefois qu'il est hors de question d'embaucher un commissaire industriel à Louiseville.

«Le 105 000 $, c'est pour aider au développement du parc industriel régional. On y croit au parc industriel régional. On embarque. Mais moi, quand je fais une demande justifiable, personne ne répond, sauf Yamachiche.»

La Municipalité de Yamachiche fournira 180 $ par joueur de hockey mineur, soit la différence de coût entre un joueur de Louiseville et un joueur de l'extérieur de Louiseville. Yamachiche couvrira aussi la taxe de non résidents imposée à ses patineuses et patineurs artistiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer