Microcentrale de Saint-Paulin: les contrats prennent fin en novembre

Serge Dubé... (Photo: Stéphane Lessard)

Agrandir

Serge Dubé

Photo: Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

(Saint-Paulin) Le bail emphytéotique de la microcentrale Innergex des chutes à Magnan, à Saint-Paulin, de même que le bail superficiaire (droit d'utilisation de la rivière et des eaux) et le contrat d'achat par Hydro-Québec prennent fin le 29 novembre prochain après 20 ans d'exploitation.

Ces contrats peuvent être renouvelés pour une nouvelle période de 20 ans.

«C'est un processus qui a déjà été entamé il y a plusieurs mois. On vise effectivement le renouvellement de ce contrat», indique le porte-parole d'Innergex, François Morin.

«On est en discussions avec Hydro-Québec. Notre objectif, c'est que le contrat soit effectivement renouvelé tel qu'il était», dit-il.

«Des installation hydroélectriques au fil de l'eau, c'est bon pour une centaine d'années», fait-il valoir.

On se rappellera qu'Hydro-Québec est en surplus d'électricité, une situation qui devrait durer encore une dizaine d'années, au moins, selon les prévisions. Des installations comme celle de Saint-Paulin ont-elles toujours leur pertinence?

«La question des surplus ne vient pas vraiment interférer. Les avantages de l'hydroélectricité, c'est que ça produit une énergie de base, une puissance de base qui est relativement peu variable, donc qui permet à Hydro-Québec de planifier vraiment ses livraisons. Oui, il y a un contexte général qui fait dire (...) que le prix devrait être moindre parce qu'on est en surplus, mais ça fait partie des discussions d'affaires», fait valoir M. Morin.

Bien que la microcentrale n'ait eu aucune retombée significative sur la municipalité, indique le maire, Serge Dubé, il serait néanmoins intéressant que les contrats soient reconduits puisque la microcentrale pourrait représenter un attrait de plus si le développement aquatouristique de la rivière du Loup souhaité par le conseil municipal se concrétise.

«La centrale est construite sur des terrains qui ne sont pas imposables, donc on n'a aucune retombée fiscale de cette industrie-là chez nous. Et l'électricité est vendue à Hydro. Donc, pour nous, la centrale n'a pas d'impact, ni fiscal, ni environnemental. On trouve ça seulement plaisant», dit-il.

Un emplacement avait déjà été aménagé pour les touristes, «mais ils sont beaucoup plus attirés par les chutes à Magnan que par la centrale», fait valoir le maire. «C'est vrai qu'on ne l'a pas vraiment développée, au sens touristique du terme», reconnaît-il.

«Le Baluchon, au début, avait utilisé le site pour faire de l'écotourisme éducatif. Ça a fonctionné un bout de temps et ça a l'air d'être mort», constate le maire.

Saint-Paulin, dans son plan d'action, s'est donnée comme priorité le développement touristique, «l'agrotourisme et l'aquatourisme», précise le maire en ajoutant que le développement de la rivière du Loup fait partie de ce plan.

La renaissance de la course de canot entre Saint-Alexis-des-Monts et Saint-Paulin, cette année, est un exemple.

Plusieurs idées sont sur le feu. «C'est pour ça que je suis très content que ça se renouvelle, ce contrat-là. Je ne voudrais pas que ça disparaisse. Éventuellement, ça pourrait s'insérer dans un ensemble», propose-t-il. «Il y aurait un autre intérêt des gens pour aller là», dit-il.

La microcentrale au fil de l'eau génère8 MW de puissance.

LES SOURCES D'ÉLECTRICITÉ RÉGIONALES

HYDRO-QUÉBEC Beaumont: 270 MW, centrale au fil de l'eau mise en service entre 1958 et 1959 sur la rivière St-Maurice.

Chute-Allard: 62 MW, centrale au fil de l'eau mise en service entre 2008 et 2009 sur la rivière St-Maurice.

Grand-Mère: 67 MW, centrale au fil de l'eau mise en service entre 1915 et 1930.

La Gabelle: 131 MW, centrale au fil de l'eau sur la rivière St-Maurice mise en service entre 1924 et 1931.

La Tuque: 294 MW, centrale au fil de l'eau sur la rivière St-Maurice mise en service entre 1940 et 1955.

Rapide-Blanc: 204 MW, réservoir sur la rivière St-Maurice mis en service entre 1934 et 1955.

Rapide-des-Coeurs: 76 MW, centrale au fil de l'eau sur le St-Maurice mise en service entre 2008 et 2009.

Rocher de Grand-Mère: 230 MW, centrale au fil de l'eau sur la rivière St-Maurice mise en service en 2004.

Saint-Narcisse: 15 MW, centrale au fil de l'eau sur la rivière Batiscan mise en service en 1926.

Shawinigan-2: 200 MW, centrale au fil de l'eau sur la rivière St-Maurice mise en service entre 1911 et 1929.

Shawinigan-3: 194 MW, centrale au fil de l'eau sur la rivière St-Maurice mise en service entre 1948 et 1949.

La Trenche: 302 MW, centrale au fil de l'eau sur la rivière St-Maurice mise en service entre 1950 et 1955.

CENTRALES PRIVÉES

Chute-à-Magnan: 8 MW, centrale au fil de l'eau sur la rivière du Loup à St-Paulin (Innergex) mise en service en 1994.

Club des Alcaniens: centrale hydroélectrique de type barrage construite en 1980 à La Tuque sur le ruisseau Vassal.

Pourvoirie Domaine touristique La Tuque: 0,1 MW, centrale au fil de l'eau sur le ruisseau Bourque à La Tuque construite en 2002.

Thibodeau-Ricard: centrale au fil de l'eau de 4,9 MW construite sur la rivière Shawinigan en 1997.

RÉSEAU AUTONOME

(Centrales exploitées par Hydro-Québec qui ne sont pas reliées au réseau intégré de l'AN)

Clova, 1 MW (diesel)

Opiciwan, 5 MW (diesel)

Wemotaci, 2,2 MW (diesel)

CENTRALES NUCLÉAIRES

Gentilly-1 (fermée en juin 1977)

Gentilly-2 (fermée en décembre 2012)

CENTRALE AU GAZ

TransCanada Énergie à Bécancour (n'a jamais produit, mais pourrait être mise en marche par temps froid)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer