Louiseville et le DPCP discutent toujours

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Louiseville) Le directeur des poursuites criminelles et pénales et la Ville de Louiseville décident de poursuivre les discussions dans le but de régler le dossier de l'aménagement d'un chemin dans le secteur du lac Saint-Pierre.

Les deux parties devaient se retrouver ce matin au palais de justice de Trois-Rivières. Elles devaient annoncer au juge Pierre Verrette si leurs discussions antérieures avaient accouché ou non d'une suggestion de sentence commune en lien avec le verdict de culpabilité imposé à Louiseville pour avoir aménagé ce chemin en 2008 sans autorisation gouvernementale. Les deux parties ont toutefois décidé de donner une autre chance à la négociation en repoussant leur retour en cour à la fin du mois de novembre.

«On est encore en pourparlers. Il y a encore des choses à régler entre nous. J'ai parlé avec l'avocat qui représente la Ville et il reste certains éléments à valider», affirme Me Donald Barnabé, l'avocat de la poursuite.

Pour l'instant, Me Barnabé indique qu'il est trop tôt pour parler d'un règlement potentiel. Mais il maintient sa requête originale concernant la pénalité à imposer à la Ville de Louiseville. Il demandera à la cour de forcer Louiseville à remettre les lieux à leur état original, tout le contraire de la volonté de la Ville.

«On veut démontrer à la cour que conserver le chemin, ça peut être acceptable. On est coupable, on le sait. On aura une amende, on le sait. Mais il faut aussi que l'Environnement ne pense pas uniquement à nous punir. Je sais que l'environnement, c'est important. Mais il y a aussi l'humain. On a fait ce chemin-là pour améliorer la sécurité des gens», insiste le maire, Yvon Deshaies.

La construction du chemin en 2008 avait coûté quelque 80 000 $. Si Louiseville est forcée de le défaire et de remettre les lieux à leur état d'origine, on peut s'imaginer que les coûts vont largement dépasser l'investissement initial.

Si jamais les deux parties ne parviennent pas à trouver un terrain d'entente pour une suggestion de sentence, Louiseville va plaider sa cause devant le juge et demandera le maintien du chemin actuel, assure le maire de Louiseville.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer