Le gymnase de Saint-Mathieu inauguré

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Guy Veillette
Le Nouvelliste

(Saint-Mathieu-du-Parc) Même si les jeunes de l'école de la Tortue-des-bois chérissent leur nouveau gymnase depuis la rentrée du 29 août, les principaux intervenants qui ont participé à la réalisation de ce projet tenaient à inaugurer officiellement les lieux lundi matin, à Saint-Mathieu-du-Parc.

En fait, cette activité pouvait être considérée comme la fin d'une exténuante course à relais, au cours de laquelle trois maires et trois députés provinciaux se sont passé le témoin. Lundi matin, les intervenants ont tour à tour souligné à grands traits la persévérance de la communauté tout au long de cette saga.

Le conseil municipal s'était avancé officiellement une première fois par résolution en 2007, sous le règne d'André Berthiaume. À ce moment, il acceptait d'allonger 150 000 $ pour participer à ce projet. La Municipalité a finalement dû débourser deux fois plus d'argent, mais le maire, Claude McManus, ne doute pas un instant de la pertinence de cet investissement total de 1,4 million $.

«Ça rehausse notre village», sourit-il. «En plus, avec un nouveau gymnase, c'est pratiquement garanti que notre école va rester ouverte!»

Son prédécesseur, Claude Mayrand, s'est retrouvé sur la ligne de feu pour faire passer cette facture de 300 000 $ aux citoyens. Hier matin, il assistait à la cérémonie d'inauguration en retrait, très fier du résultat final.

«Ce n'est jamais arrivé qu'on remette le projet en cause», commente-t-il. «Nous avons toujours voulu trouver une solution. À un moment donné, on parlait plus d'un hangar sportif, mais on y allait avec l'argent que nous avions entre les mains. Finalement, nous avons réussi à construire un édifice plus propice, qui bénéficiera à toute la population.»

Élu en avril dernier au moment où les travaux tiraient à leur fin, le député de Saint-Maurice, Pierre Giguère, n'a eu qu'à cueillir le fruit mûr. Les graines avaient été semées par ses prédécesseurs, Claude Pinard et Luc Trudel.

M. Giguère se réjouit notamment de constater que le bois a été intégré à la structure, un clin d'oeil à l'industrie régionale qui a permis au projet de se mériter une place comme finaliste à l'édition des Prix d'excellence en construction bois.

La contribution de 700 000 $ du ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, via le Programme de soutien aux installations sportives et récréatives - Phase 2, a permis à la communauté de se doter d'un gymnase digne de ce nom. Outre la participation de la Municipalité, notons aussi celles du Pacte rural du CLD de Maskinongé (50 000$) et de la Fondation de l'école planétaire de Saint-Mathieu-du-Parc (5000 $).

Héritage

La Commission scolaire de l'Énergie a débloqué la somme de 345 000 $ pour ce projet, notamment grâce à la vente du Collège Saint-Gabriel au Festival western de Saint-Tite, en 2004. «Une démonstration de saine gestion», pointe la présidente de l'organisme, Danielle Bolduc.

Pour elle, il s'agissait d'ailleurs d'une dernière sortie publique à ce titre, puisqu'elle a décidé de ne pas solliciter de nouveau mandat aux élections scolaires du 2 novembre.

«Les gens d'ici ont rouvert cette école (en 2005)», rappelle-t-elle. «Nous leur avions demandé de nous proposer un projet et nous étions prêts à embarquer. C'est ce qui est arrivé! Avec un gymnase en plus, c'est le bonheur. Nous sommes très heureux de ça.»

Mme Bolduc assure que malgré les embûches, jamais la CS de l'Énergie n'avait songé à balayer ce projet sous le tapis. «Il y avait un besoin évident pour les enfants», rappelle-t-il. «Au printemps, il y a des mouches ici, à l'extérieur !»

Le commissaire du secteur, Yvon Geoffroy, veillait aussi à ce que ce dossier ne sombre pas dans l'oubli. Il a également décidé de passer le relais le 2 novembre, de sorte qu'il savourait cette sortie de la vie publique hier matin.

«C'est mon bébé», sourit-il, en admirant le gymnase. «Je quitte avec le sentiment du devoir accompli.»

Stéphane Robitaille, directeur de l'école, assure que le gymnase remplit parfaitement les attentes des 86 écoliers depuis le début du calendrier 2014-2015.

«Lors des premières semaines, Marie-Josée Garceau, notre enseignante en éducation physique, voulait aller à l'extérieur pour les cours, mais pas les élèves!», raconte-t-il, pour illustrer l'ampleur du coup de foudre.

La communauté pourra également profiter des installations en soirée et pendant les fins de semaine au cours des prochains mois, selon les intérêts qui seront manifestés. Jusqu'ici, des demandes portent notamment sur des activités de basket-ball, de volley-ball, de hockey cosom. Des amateurs de course à pied ont aussi levé la main pour s'entraîner pendant l'hiver.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer