Le calme après la tempête au conseil municipal de Saint-Justin

Le maire de Saint-Justin, Jean-Claude Gauthier.... (Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de Saint-Justin, Jean-Claude Gauthier.

Photo: Stéphane Lessard Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste

(Saint-Justin) Les esprits s'étaient grandement calmés lundi soir au conseil municipal à Saint-Justin. Après une séance publique très mouvementée en septembre, la rencontre du mois d'octobre avait presque des allures de réconciliation entre les élus.

L'ordre du jour a été liquidé en moins de 75 minutes. Aucune résolution choc n'a été déposée à l'encontre de Jean-Claude Gauthier, contrairement à la séance du mois septembre durant laquelle le conseil avait majoritairement adopté une résolution visant le dépôt d'une plainte à la Sûreté du Quénec contre le maire pour libelle diffamatoire.

Le contraste avec la séance précédente était frappant et le maire ne s'est pas fait prier pour le souligner à la trentaine de personnes qui étaient dans la salle.

«Ce soir (lundi), je suis très fier de mes conseillers. J'ai mon tempérament, je suis très ordonné et ça peut paraître dictatorial, mais j'aime le monde et je travaille en consensus. Je vous félicite», a déclaré M. Gauthier à l'égard des autres élus.

Denis Frappier, membre du groupe des cinq conseillers qui ont demandé la démission du maire en août, mentionne tout simplement que M. Gauthier a finalement compris qu'il doit travailler au «nous» et non pas au «je».

«Il a travaillé en collégialité pendant la rencontre préparatoire (avant la séance de lundi). C'est ce qu'on demandait. Ça s'en va vers la bonne voie. On avait un message à passer et ça a été compris.»

Jean-Claude Gauthier a profité de la séance de lundi pour proposer l'embauche d'un conciliateur par le conseil. Il a identifié une personne ayant de l'expérience du monde municipal et qui s'y connaît dans la résolution de conflits.

«C'est pour le bien de la municipalité, a enchaîné M. Gauthier. Ça m'apparaît fondamental de travailler en équipe.»

Cette proposition a été bien accueillie par l'ensemble des conseillers. Le sujet sera d'ailleurs à l'ordre du jour de la prochaine séance de travail des élus qui aura lieu le 27 octobre en prévision de la séance publique du 3 novembre. Si la plainte logée à la SQ n'aboutit à rien, les choses s'annoncent pour rentrer dans l'ordre assez rapidement.

«Il y a deux points à régler, précise Denis Frappier. Le premier est qu'il s'excuse des propos qu'il a tenus contre des conseillers. Ça peut se faire entre nous. L'autre point est qu'on attend une réponse de la plainte déposée à la SQ. S'il n'y a pas de problème (avec la plainte), ça va se régler.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer