Nouvelle identité visuelle pour l'École forestière

De gauche à droite: Josée Duchemin, responsable des...

Agrandir

De gauche à droite: Josée Duchemin, responsable des communications de l'ÉFLT, Gilles Renaud, directeur, Claude Boutin, président du conseil d'établissement de la formation professionnelle de l'ÉFLT, et Jean-Yves Laforest, président de la Commission scolaire de l'Énergie.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste

Dans le cadre de son cinquantième anniversaire de fondation, l'École forestière de La Tuque a récemment dévoilé la nouvelle identité visuelle qu'elle vient d'adopter.

Le nouveau logo de l'école représente le coeur du tronc de l'arbre et symbolise le fait que l'École forestière est au coeur du développement des compétences et des connaissances de l'élève.

Les anneaux de croissance de l'arbre symbolisent la progression personnelle de l'élève tout au long de sa formation. La flèche qui figure dans le mot forestière rappelle le rôle d'orientation joué par l'école.

Le trait bleu illustre l'eau indispensable à la vie, une énergie bien présente dans la région, tandis que le vert symbolise évidemment la forêt.

Le dévoilement de cette nouvelle identité visuelle est l'aboutissement d'un processus de plusieurs mois de travail. Le logo a été développé par Myriam Larouche, une jeune designer graphique latuquoise.

«L'ÉFLT a su se donner une image jeune et moderne, témoignant de son dynamisme», a souligné le président du conseil des commissaires de la Commission scolaire de l'Énergie, Jean-Yves Laforest.

D'autres activités sont à prévoir pour ce cinquantième anniversaire. L'école sera notamment présente au Salon des commerçants et artisans du Haut-Saint-Maurice, les 6 et 7 mai. À cette occasion, des mosaïques d'anciens élèves et membres du personnel seront exposées.

Cette activité visera à recueillir les noms et coordonnées des anciens afin de les inviter à l'activité retrouvailles organisée le samedi 4 novembre et qui conclura deux journées portes ouvertes.

«Le défi de la main-d'oeuvre en foresterie est encore bien présent en 2017. Trop de gens ignorent encore toutes les possibilités de carrières qui y sont rattachées», indique Gilles Renaud, directeur de l'École forestière.

Un symposium forestier sera aussi organisé en novembre. Les congressistes seront alors invités à visiter la forêt d'enseignement et de recherche de l'école qui est un véritable laboratoire en pleine nature.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer