Normand Beaudoin visé par une enquête en éthique et déontologie

Le conseiller Luc Martel (à gauche) a déposé... (Archives, Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le conseiller Luc Martel (à gauche) a déposé une plainte à la Commission municipale du Québec visant la conduite du maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Archives, Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Le conseiller municipal Luc Martel voulait des réponses à ses questions concernant les dépenses du maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Il assure qu'il les aura. La Commission municipale du Québec (CMQ) a confirmé qu'elle ferait enquête après avoir examiné la demande déposée par le conseiller. La plainte visait une conduite dérogatoire du maire aux règles d'éthique et de déontologie des élus de la Ville de La Tuque.

«J'ai dit que j'aurais mes réponses d'une manière ou d'une autre. Ceux qui pensaient que je faisais un show de boucane vont s'apercevoir que ce n'est pas moi qui décide. Avec les preuves et les faits que j'ai envoyés, ils ont trouvé bon d'investiguer là-dessus», a commenté Luc Martel.

Le conseiller ne cache pas sa satisfaction dans ce dossier. Pour lui, cette décision de la CMQ de faire enquête prouve que ses interrogations étaient légitimes.

«Je suis content de la décision. Ça prouve qu'il y avait des questions à se poser», note-t-il.

Le procureur de la CMQ responsable du dossier a confirmé qu'il s'agissait d'une plainte en lien avec un compte de dépenses du maire de La Tuque. Le reste des informations demeure toutefois confidentiel.

«Le dossier a passé la première étape de la commission qui est la recevabilité. À cette étape, on s'assure que le dossier ne soit pas manifestement mal fondé, frivole ou vexatoire. On s'assure qu'il y a un minimum de fondement», a fait savoir le procureur de la CMQ, Nicolas Dallaire.

L'avocat va interroger les témoins, recueillir la preuve et faire la lumière sur les événements. Après son enquête, le procureur va déposer un dossier pour mettre fin à l'enquête ou préciser le manquement qu'il y a eu en vertu de la loi. 

L'audience, s'il y a lieu, se déroulera fort probablement dans la région de la Mauricie. Le juge administratif rend généralement sa décision dans un délai de 90 jours après la fin des audiences.

Rappelons qu'en décembre dernier, le conseiller Martel s'était retiré temporairement du comité des finances de la Ville de La Tuque «tant et aussi longtemps qu'il n'aurait pas les réponses à ses questions». Il avait également mentionné qu'il n'y avait «pas juste un problème à l'hôtel de ville».

Sa sortie publique et ses commentaires concernant les comptes de dépenses du premier magistrat avaient même valu une mise en demeure au conseiller latuquois.

Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, a refusé de commenter la situation. Les autres conseillers municipaux se sont faits avares de commentaires, ils préfèrent attendre la fin de l'enquête pour se prononcer. Seul le conseiller Julien Boisvert a réitéré qu'il avait eu les réponses à ses questions.

«La trésorière et le directeur général nous ont assuré que le compte de dépenses était légal. À partir de là, c'est difficile de dire que le maire n'était pas correct», a-t-il lancé.

Candidat à la mairie?

Luc Martel était en réflexion concernant sa possible candidature à la mairie de La Tuque aux prochaines élections municipales. Il devrait bientôt faire connaître ses intentions. 

«Je suis toujours en réflexion, mais mon choix est pas mal arrêté. Je vais l'annoncer prochainement. [...] Je suis désormais à la retraite et j'ai pris d'autres obligations que le conseil municipal. Je retourne à mes anciennes amours au football», a-t-il laissé savoir.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer