Une réunion sans Martel à l'hôtel de ville de La Tuque

L'ambiance est tendue entre le conseiller Luc Martel... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

L'ambiance est tendue entre le conseiller Luc Martel et le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Un nouvel épisode s'est ajouté, mercredi, aux accrochages entre le maire de La Tuque et le conseiller Luc Martel.

Normand Beaudoin a invité ses conseillers à une rencontre pour mettre les choses au clair et «éviter les mauvaises interprétations» de ses déclarations entourant ses comptes de dépenses vivement dénoncés par le conseiller Luc Martel. Ce dernier n'a pas assisté à cette rencontre. Il n'avait pas été officiellement invité, mais il était le bienvenu selon le maire.

«Ce n'était pas une rencontre secrète, mais pas du tout. [...] J'ai relaté mes comptes de dépense. Je leur ai présentés, et je leur ai demandé si ça répondait à leurs questions. Ils ont dit oui. Les cinq conseillers présents ont dit oui», a souligné le maire Beaudoin.

«J'ai décrit tout ce qui en était avec tous les documents, tout était là. Les conseillers sont très satisfaits. On continue. On va de l'avant. Il n'y avait pas de directeur général, pas de greffier, c'était le maire qui voulait parler à ses conseillers. On voulait régler ça et aller de l'avant», a-t-il ajouté.

Le maire de La Tuque soutient que Martel aurait téléphoné à l'hôtel de ville et il aurait refusé de lui parler.

«J'ai voulu me réviser et l'inviter, mais il m'a devancé en appelant à l'hôtel de ville [...] Il a appelé le directeur général et le greffier, mais il n'a pas voulu me parler. Je l'aurais invité à venir à la rencontre», a-t-il affirmé.

Luc Martel, pour sa part, soutient qu'il n'a pas été invité, et qu'il n'a pas eu de discussion avec le directeur général à ce sujet. Il trouve ça spécial comme situation, mais n'entend pas en tenir rigueur à ses collègues.

«J'ai été évité, mais pas invité. Ça ne me surprend pas vraiment», lance-t-il.

«Je n'en tiens pas rigueur à mes collègues. S'ils aiment ça ces affaires-là c'est leur choix. Je n'ai pas de leçon à leur donner», a-t-il ajouté.

Normand Beaudoin assure que le but de cette rencontre était de tourner la page et d'aller de l'avant. 

«Il faut continuer à travailler ensemble, comme on fait depuis sept ans [...] J'aimerais bien ça que Luc réintègre les dossiers qu'il avait. Pour aller de l'avant, on a besoin de toute l'aide nécessaire. Si vous lui parlez, faites-lui le message», a ajouté le maire Beaudoin.

Luc Martel se qualifie lui-même comme étant un joueur d'équipe, mais il se questionne. 

«J'ai coaché pendant 15 ans au football, et ç'a toujours été notre devise de travailler en équipe [...] S'il veut travailler en équipe, mais qu'il n'invite pas un de ses conseillers, c'est un peu paradoxal».

Rappelons que depuis la dernière séance du conseil en décembre 2016, Luc Martel a multiplié les sorties publiques afin d'obtenir des réponses concernant les comptes de dépenses du maire.

En entrevue avec Le Nouvelliste, il avait mentionné qu'il se retirait temporairement du comité des finances de la Ville de La Tuque «tant et aussi longtemps» qu'il n'aura pas les réponses à ses questions.

Il avait également balayé du revers de la main toutes les allégations disant qu'il tentait de se faire du capital politique. Il faut dire que Luc Martel est en réflexion quant à savoir s'il se présentera à la mairie en novembre prochain.

«Je suis encore en réflexion. Pour l'instant, j'ai encore des dossiers à régler et je vais les mettre à terme c'est certain», a conclu le conseiller.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer