Route 155: les maires ne sont pas rassurés

Le niveau de déneigement de la route 155... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le niveau de déneigement de la route 155 Nord a été modifié de La Tuque jusqu'au kilomètre 185.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Les élus de la Haute-Mauricie sont repartis mieux informés, mais pas du tout rassurés, de la rencontre avec le ministère des Transports orchestrée par la députée de Laviolette, Julie Boulet.

On continue de réclamer haut et fort que la décision d'abaisser le niveau d'entretien hivernal de la route 155 Nord, entre La Tuque et le kilomètre 185, soit révoquée.

«J'avais demandé à tous les maires d'être là pour qu'on entende tous la même chose. On voulait donner de l'information technique sur le déneigement, le déglaçage et tous les éléments qui encadrent les contrats de déneigement», a affirmé d'entrée de jeu Mme Boulet.

Bien qu'ils aient reçu des explications claires, les maires rencontrés par Le Nouvelliste à la sortie de cette rencontre n'étaient pas convaincus de la pertinence de ce changement.

«On nous a donné des indications, par contre ça ne vient pas me chercher. Il y a toujours des éléments de danger. Il y a du transport lourd, du tourisme...; de rouler avec une roue sur l'asphalte et une roue sur la neige, ça ne me rassure pas du tout», a affirmé Pierre-David Tremblay, maire de La Bostonnais.

«On comprend mieux la problématique, mais on aimerait quand même que le ministère revoie sa position», a ajouté Larry Bernier, maire de Lac-Édouard.

Le maire de La Tuque abondait également dans le même sens que ses deux collègues. On veut que la décision soit renversée et on demande au premier ministre d'intervenir. «Ç'a répondu aux questions qu'on a posées, oui. Est-ce que cela me satisfait? Non. [...] Il y a quand même beaucoup de gens qui circulent par là et ils méritent d'avoir une route potable», a mentionné le maire Normand Beaudoin.

La députée de Laviolette avoue d'ailleurs que cette rencontre aurait dû avoir lieu avant que la décision soit prise afin de mieux informer les municipalités. Julie Boulet portera maintenant le dossier jusqu'au bureau du ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports, Laurent Lessard.

«Je suis très consciente que ça ne fait pas l'affaire de tous les maires, notamment les maires de La Tuque et de La Bostonnais. Je prends bonne note de tout ça et je vais porter le message à mon collègue ministre des Transports», a-t-elle confirmé.

Mme Boulet va insister sur le fait que la route 155 a des particularités qui lui sont propres, notamment l'isolement et l'éloignement. «Le point déterminant, selon moi, c'est le fait qu'il n'y ait pas de téléphonie cellulaire. On est sur une route où il n'y a pas beaucoup de maisons, on est dans le bois. Je souhaite que le niveau de déneigement soit le plus élevé possible. C'est ce que je vais plaider à mon collègue.»

Rappelons que le maire de Roberval, Guy Larouche, a lancé une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux la semaine dernière. Le message, «une route d'interconnexion régionale doit avoir un déneigement de catégorie 1», a été partagé à plus de 4800 reprises.

Le MTQ s'explique

C'est le directeur régional du MTQ, Carl Bélanger, qui est venu remettre les pendules à l'heure concernant les changements entre le niveau 1 et 2 d'entretien hivernal.

«Il y a eu beaucoup d'informations publiées dans les journaux et différents médias avec plusieurs éléments inexacts. Notre objectif de base était de décrire vraiment le changement qu'il y a au niveau des deux services», a-t-il mentionné.

Le MTQ a voulu briser les «mythes» qui donnaient l'impression, selon ses dires, que la différence entre les deux niveaux d'entretien hivernal «était gonflée par rapport à la réalité».

«Par exemple, le déneigement va continuer de se faire pleine largeur et non pas dans une largeur plus restreinte. L'exigence en termes d'épaisseur maximale de neige sur la chaussée demeure la même, il n'y a pas de changement à ce niveau-là non plus. Donc la gratte va passer aussi souvent. On a essayé d'expliquer clairement le changement entre le contrat de 2013 et celui de 2016», a souligné M. Bélanger.

Selon ce dernier, la différence est principalement au niveau du déglaçage. Au niveau 1, c'est déglacé pleine largeur tandis qu'au niveau 2, c'est déglacé en fonction du type de segment.

«Pour les segments droits, c'est 3 mètres, et dans les points plus critiques comme les courbes, les pentes, les intersections, les zones ombragées, là on est à 5 mètres [...] L'objectif du ministère, en faisant cette modification, c'est de s'assurer que sur l'ensemble du tronçon qui est semblable, c'est-à-dire de La Tuque jusqu'à Saint-François-de-Sale, le niveau d'entretien soit le même pour que le conducteur n'ait pas de surprise et que ce soit sécuritaire.»

Une des affiches qui sont apparues aux abords... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste) - image 3.0

Agrandir

Une des affiches qui sont apparues aux abords de la route 155.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Des affiches sur la route 155

Des affiches peu élogieuses ont fait leur apparition aux abords de la route 155 Nord. Des membres du groupe «Le réseau cellulaire partout, pour tous» ont posé des panneaux en direction de La Tuque et en direction du Lac-Saint-Jean.

On peut voir des symboles d'absence de téléphonie cellulaire et de déneigement en plus d'une pierre tombale.

Les représentants du ministère ont d'ailleurs fait savoir qu'il était interdit d'installer cela sur les panneaux de signalisation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer