La Tuque abolit quatre postes d'employés-cadres

Normand Beaudoin... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Normand Beaudoin

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) En mettant en place un programme de départs volontaires en début d'année, la Ville de La Tuque voulait éviter le licenciement d'employés-cadres. Toutefois, personne ne s'est prévalu du programme et la Ville n'a eu d'autre choix que d'abolir quatre postes au sein du personnel-cadre de la municipalité.

Réuni en assemblée publique extraordinaire lundi, le conseil municipal de La Tuque a adopté le plan de restructuration administrative recommandé par la direction générale. Une restructuration qui coûtera un peu plus de 480 000 $.

«Ce n'est pas de gaieté de coeur que ces abolitions sont recommandées au conseil. [...] Ça va nous permettre d'économiser 315 000 $ par année. Pour boucler le budget, on avait réellement besoin de faire ces coupes-là, malheureusement», a expliqué le directeur général de la Ville de La Tuque, Marco Lethiecq.

«Avec les nouvelles méthodes de travail déployées, on va avoir moins de monde, mais on va être capable de livrer la marchandise pour donner un service aux citoyens», a-t-il ajouté.

Si le conseil municipal a dû prendre cette déchirante décision, c'est en raison des coupes gouvernementales qui ont forcé l'organisation à revoir son cadre budgétaire.

Cette abolition de postes touche directement le Service du loisir et de la culture, le Service des communications et le Service de sécurité incendie. Les quatre postes abolis sont celui de bibliothécaire, celui de superviseur installations sportives, parcs et espaces verts occupés, celui d'agente de promotion et de communication, ainsi que le poste d'agente de prévention, sécurité civile et mesures d'urgence.

«Ce sont des gens travaillants et dévoués. Cette décision n'a rien à voir avec leur prestation de travail. Elle est strictement liée à des raisons financières», a commenté le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

«Ce n'est pas pour rien que j'ai voté contre le pacte fiscal en septembre 2015. Je savais que le prix à payer pour nous serait très élevé, compte tenu qu'on ne peut pas demander à nos citoyens de payer toujours plus de taxes pour combler le manque à gagner du gouvernement. Il fallait faire des coupures et nous n'avions pas le choix de réduire la masse salariale. Nous aurions préféré ne jamais avoir à faire face à cette décision difficile», a-t-il ajouté.

Selon le maire, l'organisation municipale doit maintenant mettre les bouchées doubles pour trouver de nouvelles sources de revenus, afin d'éviter d'avoir à revivre cette situation dans le futur.

Lundi après-midi, tous les employés-cadres ont été rencontrés par la direction générale et les Ressources humaines qui étaient accompagnées de psychologues qui ont offert un soutien au personnel affecté par cette annonce.

Mardi et mercredi, toutes les équipes des services concernés seront rencontrées pour recevoir des explications sur la réorganisation du travail liée à cette décision. Le soutien psychologique offert aux employés se poursuivra une partie de la semaine.

L'abolition de postes est effective dès maintenant, donc les quatre personnes dont les postes ont été abolis ne sont plus à l'emploi de la Ville de La Tuque.

Elles recevront une indemnité en fonction de leurs années de service, tel que prévu par la loi. Elles pourront également, si elles le désirent, bénéficier d'un service d'accompagnement dans le but de les aider à se trouver un nouvel emploi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer