Indexation des tarifs pour Manouane Sipi

Le projet de Manouane Sipi...

Agrandir

Le projet de Manouane Sipi

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Collaboration spéciale) La Ville de La Tuque et le Conseil des Atikamekws de Wemotaci seront indemnisés par Hydro-Québec pour le projet de minicentrale Manouane Sipi. C'est ce que le maire de La Tuque a confirmé, mardi. Tout comme les cinq autres projets, leurs tarifs seront indexés pour la période durant laquelle le projet a été mis sur la glace.

«On a négocié avec eux (Hydro-Québec), mais on a reçu des non catégoriques à part ce qui était compris dans le contrat et le petit ajustement à cause qu'on a été retardé. [...] J'ai été indexé d'environ 1,5 %, impossible d'aller plus loin que ça», a souligné le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Si le projet Manouane Sipi avait suivi son cours normalement, Hydro-Québec aurait payé 8,4 ¢ du kilowattheure. La société d'État devra désormais payer 8,6 ¢ du kilowattheure, même si les prix auxquels elle pourra vendre l'énergie sont stables.

Présentement, les promoteurs de Manouane Sipi sont à faire des mises à jour des différentes études qui avaient été réalisées juste avant l'arrêt du projet par le gouvernement.

«C'est certain que les prix ont changé depuis deux ans. L'augmentation que je vais avoir, il s'agit de voir si elle va compenser pour les augmentations de coût des travaux», a affirmé M. Beaudoin.

Des travaux sur le terrain avaient été effectués avant l'annulation du projet, mais rien de plus depuis la reprise du projet. Les rencontres avec les Atikamekws de Wemotaci devraient s'activer dans les prochaines semaines.

«On va avoir un horaire de rencontres très serré», a spécifié le maire.

Un échéancier devrait bientôt être connu pour le projet. Toutefois, on attend le résultat des études avant de le compléter.

Rappelons que le projet Manouane Sipi (22 mégawatts (MW)), un important projet économique chéri par la Ville de La Tuque devait permettre à la région, avant son abandon en février 2013, de générer 212 millions $ de revenus nets pendant les 40 premières années de production, soit 106 millions $ pour la Ville de La Tuque et 106 millions $ pour la communauté des Atikamekws de Wemotaci.

Cinq autres projets avaient été annulés par le PQ, puis remis en branle par les libéraux; Centrale Saint-Gabriel (3,3 MW, Chute du Quatre Milles (5,5 MW), Chute Sainte-Anne (23,2 MW), Chute du Six Milles (13,2 MW) et Onzième chute (16 MW).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer