Le dîner des amis de chez Gauvin: 2000 $ pour la communauté latuquoise

Jean-Marc Dumont, membre de la fondation du CSSSHSM... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Jean-Marc Dumont, membre de la fondation du CSSSHSM , la députée Julie Boulet, Jean-Guy Gauvin, organisateur du dîner et propriétaire de L. Gauvin pro Nature, Maurice Martel, membre de la fondation du CSSSHSM, le député François-Philippe Champagne et André Gauvin tiennent le chèque qui a été remis à la Fondation.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Collaboration spéciale) Le dîner des amis de chez Gauvin est une tradition, qui aura bientôt 10 ans, réservée aux hommes. Plus de 160 invités étaient présents pour le grand rassemblement qui a permis aux organisateurs d'amasser 2000 $ pour la communauté. Le montant a été remis à la Fondation du Centre de santé et des services sociaux du Haut Saint-Maurice (CSSSHSM) et au Gâteau Latuquois.

«On a commencé ça au restaurant il y a 9 ans. On était neuf personnes. Aujourd'hui, on est 163. On a amassé des fonds pour la fondation (1500 $), mais on a également donné 500 $ pour la première fois au Gâteau Latuquois», souligne Jean-Guy Gauvin, l'organisateur.

M. Gauvin s'est également dit préoccupé par la situation de la fondation de l'hôpital, qui est menacée de perdre la gestion du stationnement, sa principale source de financement.

«Ça me fait mal d'entendre ça. C'est une de leur seule source de financement. J'appuie la présidente dans ses démarches. Je ne sais pas ce qu'il faut qu'on fasse, mais il faut s'occuper de la Fondation. Elle est vraiment nécessaire. Ça fait trois ans qu'on donne l'argent à la Fondation et ça nous fait plaisir. On va continuer de le faire et on va essayer d'augmenter le montant», a-t-il souligné.

Le vice-président de la Fondation a salué le geste posé par la troupe de Jean-Guy Gauvin. 

«Cet argent est bienvenu évidemment. On le verse au fonds général de la Fondation et ça sert à acheter des équipements médicaux», a expliqué Maurice Martel.

Ce dernier n'a toutefois pas voulu s'avancer sur les discussions avec le CIUSSS concernant le litige du stationnement.

«On attend une réponse du CIUSSS. Mme Voyer, la présidente, a envoyé une lettre dans laquelle on parle de conserver le stationnement et qu'on mentionne qu'on est prêt à négocier des choses. Le stationnement c'est notre survie, il faut absolument le sauver. [...] Notre participation est essentielle si on veut que notre hôpital puisse donner du service et éviter que les gens soient dans l'obligation de se déplacer pour aller à Trois-Rivières, Shawinigan, Québec ou Montréal pour avoir des soins. On a une bonne équipe de médecins et de professionnels de la santé», a-t-il mentionné.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer