Le comité prévention des dépendances dévoile son plan d'action

Le comité de prévention des dépendances a dévoilé... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Le comité de prévention des dépendances a dévoilé son premier plan d'action. Sur la photo: Alexandre Lehoux, coordonnateur du Défi-Jeunesse du Haut Saint-Maurice, Elen Lemire, enseignante en arts plstiques, Julie Bronsard, directrice de l'école secondaire Champagnat et Émy Lachance, intervenante pour l'organisme justice alternative L'Alter Égaux.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Le comité de prévention des dépendances a dévoilé, lundi, son premier plan d'action et sa nouvelle image à l'école secondaire Champagnat à La Tuque. Plusieurs enjeux ont été ciblés et plusieurs actions seront posées d'ici 2019 pour sensibiliser, prévenir et informer les jeunes et leurs milieux concernant les dépendances.

Après trois projets distincts, le comité s'est rendu à l'évidence qu'il fallait un plan d'action pour les quatre prochaines années. «On voulait faire en sorte que nos actions se poursuivre à long terme», explique Émy Lachance, intervenante pour l'organisme justice alternative L'Alter Égaux.

C'est auprès des jeunes âgés de10 à 24 ans, leurs familles, leurs amis et leurs différents milieux vie que le comité mènera ses actions à caractères préventifs.

Les membres du comité, à partir de leurs expériences et des différentes études mises à leur disposition, ont fait ressortir plusieurs constats en lien avec la problématique de dépendances chez les jeunes. Un de ces constats est que la consommation commence de plus en plus jeune et que l'accessibilité aux substances s'est accrue en raison d'une grande diversité sur le marché et du prix accessible. Il y a également, selon le comité, une banalisation des comportements de consommation par les jeunes et aussi par certains milieux.

Dans leur plan d'action 2015-2019, le comité mettra de l'avant des activités de sensibilisation, de prévention et d'information.

Ils feront également la promotion des risques et des facteurs de protection associés à la consommation dans le but de transmettre aux jeunes les connaissances requises pour agir de façon responsable face à la consommation.

De plus, ils veulent permettre aux jeunes et leurs familles d'avoir accès à un continuum de services allant de la prévention jusqu'aux services de réadaptation et de soutien.

Il faut dire qu'un nombre important de partenaires siège au sein de ce comité, notamment, L'Alter Égaux, organisme de justice alternative, le Calacs Entraid'Action, le Carrefour jeunesse emploi, le Centre d'amitié autochtone, le CIUSSS MCQ, l'École secondaire Champagnat, la Maison de jeunes Défi-Jeunesse, la Sûreté du Québec, le Toit de l'amitié, La Tuque High School et les Travailleurs de rue de La Tuque.

Une chanson

En partenariat avec l'École secondaire Champagnat, la Maison de Jeunes Niwitcewakan Wapi de Wemotaci et l'école La Tuque High School, une chanson sera écrite en prévention de la toxicomanie.

«Les jeunes vont composer un refrain et un couplet en lien avec la toxicomanie et les facteurs de protection. Les professeurs et le comité vont faire ressortir les meilleurs. Les élèves en musique vont faire les arrangements musicaux et c'est le Latuquois Alain Gignac qui va la chanter», a souligné Alexandre Lehoux, coordonnateur du Défi-Jeunesse du Haut Saint-Maurice. La chanson sera interprétée en français, en anglais et en atikamekw.

Au cours du présent projet, une tournée des classes sera effectuée à l'école secondaire Nikanik de Wemotaci et à l'école Notre-Dame-de-l'Assomption de Parent, afin de sensibiliser les élèves à la LSJPA (Loi sur le système de justice pénale pour adolescents) en lien avec la toxicomanie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer