Une finale avec du panache

Le mesurage de panache a attiré de nombreux... (Audrey Tremblay)

Agrandir

Le mesurage de panache a attiré de nombreux curieux au centre-ville de La Tuque.

Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) Le 43e Festival de chasse a encore une fois connu un succès monstre et, déjà, les organisateurs songent à la prochaine édition. Les célébrations automnales du Haut Saint-Maurice se sont terminées en beauté, samedi, sous un chapiteau bondé de festivaliers pour un spectacle de clôture haut en couleur.

Le groupe Alter Ego a fait lever le toit de la tente du chasseur samedi soir en revisitant les plus grands succès des années 70 à aujourd'hui. Enchaînant les costumes, les chanteurs-danseurs en ont mis plein la vue pendant près de deux heures sans interruption.

«Je n'ai pas encore un chiffre exact, mais c'est entre 1500 et 1750 personnes qui sont entrées dans le chapiteau, samedi. Les gens ont vraiment apprécié. C'était très professionnel et c'est ce que ça nous prend au festival, un groupe qui brasse qui fait bouger les gens. La lumière, la danse, la musique... Ç'a bien clôturé le festival qui a été un succès sur toute la ligne», a lancé le président du festival, Philippe Sergerie.

Il faut dire que pour la première fois, le festival avait décidé de ne pas présenter de tête d'affiche dans sa programmation pour des questions de budget et d'ambiance.

«La formule qu'on a choisie nous coûte moins cher, et ça nous permet de mettre l'argent ailleurs dans le festival. Il y a seulement le premier samedi qui a été légèrement moins populaire, mais on s'est repris les autres soirs. Cette année ç'a bien marché, on verra pour les autres années», commente le président.

Plus tôt dans la journée, samedi, les trophées de chasse ont défilé au centre-ville de La Tuque pour le mesurage de panaches. La nouvelle approche que l'organisation utilise depuis trois ans attire de plus en plus de gens. 

«On a bonifié un peu notre formule, c'est sous forme de tailgate et les gens apprécient. En plus, la température est de notre côté. Il y avait une belle ambiance».

La journée avait bien débuté avec le déjeuner santé IGA et la présentation du spectacle pour enfant. La tendance à la hausse observée durant la semaine s'est poursuivie, le nombre de repas servis a explosé.

«Ç'a été phénoménal cette année. C'était salle comble pour le déjeuner santé IGA avec le spectacle pour les enfants qui a connu un succès fou. Tout au long de la semaine, les chiffres ont explosé. On a servi 2000 déjeuners de plus que les autres années», lance Philippe Sergerie.

Le salon des vins, pour sa part, a suivi la tendance des dernières années. Aux alentours de 250 personnes ont participé à la soirée qui sera peut-être revue l'an prochain.

«On se demande, pour ne pas que ce soit redondant, si on change la formule l'an prochain. Est-ce que ça pourrait être un salon des bières? On pourrait peut-être séparer la tente en deux pour faire bières et vins le même soir? On va s'asseoir tout le comité ensemble pour voir ce qui a bien été, et ce qui a moins bien marché pour ensuite prendre une décision», précise M. Sergerie.

La soirée des forestiers a encore une fois été très courue. En une heure, pas moins de 950 steaks ont été servis. C'était également l'occasion de célébrer les 20 ans d'implication de Patrick Moisan, le responsable de la restauration de l'événement. 

«Plus de 140 jours de festivités, plus de 150 000 services de déjeuner... Ça en fait de la bine ça», a lancé le président lors d'un hommage bien senti.

«C'est un bon bénévole dans le comité, mais aussi un très bon partenaire. Il faut souligner ces genres de choses-là. Il était très ému et je pense qu'il a apprécié cette petite attention.»

Finalement, la soirée des chasseurs qui a été revampée a également été populaire, et ce, malgré que certains exposants se soient désistés à la dernière minute. 

«L'an prochain, on devrait avoir la même formule avec quelques améliorations encore et des petites nouveautés. Il est peut-être encore tôt pour en parler, mais on a des idées pour mousser le festival à l'extérieur de la Mauricie pour amener le plus de gens possible», a confié le président.

Ce dernier, qui remettait en doute son retour à titre de président au début de l'année, estime que le temps investi dans la 43e édition de l'événement en a valu la peine.

«C'est vraiment beaucoup d'ouvrage, mais cette année ç'a vraiment bien été et je suis très content et fier. Je pense qu'on a battu un record de vente de billets, les gens nous soutiennent et c'est une bonne tape dans le dos», a-t-il conclu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer