Un léger surplus anticipé à La Tuque

Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.... (Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) La Ville de La Tuque se dirige vers un léger surplus selon le rapport du maire sur la situation financière déposé lors de l'assemblée du conseil d'agglomération, mardi soir. Le maire Normand Beaudoin en a également profité pour tracer les grandes lignes de la prochaine année.

«L'analyse préliminaire des revenus et des charges anticipées au 31 décembre 2015 nous permet d'envisager une augmentation des réserves totalisant environ 200 000 $ et un léger surplus de fonctionnement estimé à 10 000 $ en 2015», a souligné le maire dans son rapport.

Normand Beaudoin a également affirmé que la Ville avait un surplus non affecté de 1,5 M$ qui pourra servir de «coussin sécuritaire en cas de dépenses urgentes imprévues». Le maire Beaudoin, n'a pas été sans rappeler les défis de l'année 2015.

«L'année 2015 a été axée sur l'amélioration du service à la clientèle avec l'implantation du nouveau système de gestion des plaintes et requêtes à Info-Service. Il y a eu aussi une refonte de nos processus de livraison de service pour faire face aux défis des coupes de 1 million $ dans notre budget en raison du pacte fiscal».

Malgré tout, le maire Beaudoin soutient que les restructurations des façons de faire ont été réalisées sans réduire le niveau de service aux citoyens.

Les grands principes qui guideront le nouveau conseil municipal dans l'élaboration du prochain budget ont également été présentés dans le rapport.  «Pour l'année 2016, nous aurons encore des défis importants, car le pacte fiscal entraîne pour La Tuque un manque a gagné de 1 million $ par année pour les quatre prochaines années. Nous devrons continuer de gérer le budget de façon très serrée pour limiter la hausse de taxes aux citoyens», a fait savoir Normand Beaudoin.

La Ville a la ferme intention de poursuivre ses efforts en diversification économique pour l'industrie forestière, de continuer à attirer des investissements dans le secteur minier et le développement de l'industrie touristique. «Nous allons accélérer notre travail de développement de ville intelligente branchée en support à notre collège, l'université, les projets en technologie de l'information et nous poursuivrons nos efforts de développement cellulaire.»

Pour ce qui est du plan triennal d'immobilisations 2016-2017-2018,  l'administration municipale prévoit terminer la revitalisation du lac Saint-Louis et investir principalement dans le renouvellement des infrastructures d'égout et d'aqueduc. De plus, le maire Beaudoin souhaite régler les problématiques environnementales dans le secteur de Parent et de La Croche.

«La Tuque a retrouvé ses lettres de noblesse dans la région et nos citoyens sont fiers de dire qu'ils sont Latuquois», a conclu le maire.

Projet de bioraffinerie: La Tuque envoie une 2e délégation en Europe

La Ville de La Tuque s'apprête à envoyer une deuxième délégation en Europe, à la fin du mois d'octobre, pour une mission économique visant à développer un partenariat avec des industries européennes en développement des bioénergies.

«Le projet avance beaucoup. La première rencontre qu'on a faite, c'était pour nous vendre. On est allé leur montrer ce que l'on avait et à quel point on était beaux et fins à La Tuque. Puis on les a laissés réfléchir», a souligné le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

L'intérêt s'est vite fait sentir. Il aura fallu peu de temps avant que la Ville reçoive des retours après. «On retourne là-bas pour concrétiser les affaires, mais surtout pour aller chercher de l'argent pour l'étude de faisabilité [...] On va rencontrer les mêmes personnes et des nouvelles.»

«Quand tu vas à la chasse, c'est toujours mieux d'avoir deux balles dans ton fusil», a ajouté le maire Beaudoin.

Ce dernier s'envolera pour l'Europe le 31 octobre en compagnie du directeur général de la Ville, Marco Lethiecq, de Patrice Mangin, professeur et chercheur du Centre de recherche sur les matériaux cellulosiques de l'UQTR et de Patrice Bergeron, directeur développement économique et forestier du Service de développement économique et forestier La Tuque (SDEF).

Rappelons que La Tuque espère sérieusement avoir la première bioraffinerie forestière commerciale au Canada.

Le projet de bioraffinerie nécessiterait des investissements avoisinant les 700 millions de dollars.

Un projet d'envergure pourrait créer près de 300 emplois directs et indirects.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer