«Annie St-Arneault restera gravée dans l'histoire»

La famille d'Annie St-Arneault a dévoilé le nouvel... (photo: Audrey Tremblay)

Agrandir

La famille d'Annie St-Arneault a dévoilé le nouvel affichage de la bibliothèque en compagnie du maire de La Tuque, Normand Beaudoin ( à droite). On voit sur la photo Sylvain St-Arneault, Lucie St-Arneault, Serge St-Arneault et ses parents Lorette Perron et Bastien St-Arneault.

photo: Audrey Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Tuque) La Latuquoise Annie St-Arneault, l'une des 14 victimes de la tragédie à l'École Polytechnique de Montréal, restera gravée dans la mémoire collective des citoyens du Haut Saint-Maurice. Entourés des membres de sa famille et d'amis, les dirigeants de Ville de La Tuque ont procédé, samedi, à une cérémonie spéciale pour rebaptiser l'édifice de la bibliothèque à la mémoire d'Annie St-Arneault.

Il y a maintenant un espace, à l'intérieur... (Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste) - image 1.0

Agrandir

Il y a maintenant un espace, à l'intérieur de la bibliothèque, dédié à Annie St-Arneault. 

Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

«Annie St-Arneault restera ainsi gravée dans l'histoire de La Tuque, et l'événement insensé qui lui a coûté la vie, jamais oublié [...] Ce grand hommage apporte un baume sur une douleur que nous ressentons encore 25 ans après la tragédie», a mentionné son frère, le père Serge St-Arneault.

La Latuquoise aimait l'art, la poésie, ainsi que tout ce qui entoure le savoir et la connaissance. D'ailleurs, Lucie St-Arneault a lu, avec beaucoup d'émotion, un des poèmes de sa soeur devant les dizaines de personnes venues pour le grand dévoilement. «Ce sont des belles émotions», a-t-elle tenu à préciser.

Par ce geste, le conseil municipal désirait rendre hommage à Annie St-Arneault et s'assurer que son histoire traversera le temps. C'était d'ailleurs le premier bâtiment municipal baptisé au nom d'une personne à La Tuque.

«Nous avons travaillé ce projet en étroite collaboration avec la famille, parce que c'était important pour nous de poser un geste significatif qui aurait leur approbation. Il y avait plusieurs options possibles pour lui rendre hommage, mais il nous est vite apparu que la bibliothèque était le lieu le plus approprié pour le faire, étant donné qu'elle aimait la poésie et qu'elle avait une grande soif d'apprendre», a souligné le maire de La Tuque, Normand Beaudoin.

D'ailleurs, la famille a été très touchée par cet honneur. Un honneur qui a ravivé un mélange d'émotions.

«Un mélange d'émotions et un mélange de fierté. Ça nous remet un peu dans le drame, ça nous fait un peu de peine, mais ce qui ressort c'est le côté positif. [...] Ça touche encore des gens après 25 ans, et ça m'impressionne. Les gens n'ont pas oublié et c'est très touchant», a affirmé sa soeur.

«Mes parents vivent cette journée d'une façon unique, que je ne peux malheureusement pas décrire, mais le sentiment est profond. Pour ma mère particulièrement, le fait que la Ville honore sa fille, c'est vraiment un honneur. Un honneur partagé par la famille, la population de La Tuque, le Québec, le pays...», a ajouté son frère.

Le nouvel affichage de l'édifice a été dévoilé à l'extérieur de la bibliothèque. Sur l'affiche, le mot municipale a laissé sa place à Annie-St-Arneault. Il y a aussi maintenant un espace, à l'intérieur de la bibliothèque, dédié à la mémoire de cette étudiante en génie mécanique décédée à 23 ans en assistant à son dernier cours avant l'obtention de son diplôme. 

En 2011, son frère, le père Serge St-Arneault, missionnaire en Afrique, a publié un recueil de poèmes qu'elle avait rédigé à l'âge de 11 ans et à l'âge de 23 ans. Ce recueil fait partie des objets exposés à sa mémoire à la Bibliothèque Annie-St-Arneault de La Tuque. 

«J'ai espoir que les générations futures qui viendront à la bibliothèque, qui auront accès à sa poésie et à d'autres documents et qui verront le nom d'Annie, s'interrogent sur la tragédie qu'ils n'ont pas connue. Que cela devienne une mobilisation contre la violence et particulièrement celle faite aux femmes», a souligné son frère.

Le logo, ainsi que le signet de la bibliothèque ont aussi été modifiés. Les gens présents à la cérémonie ont reçu le nouveau signet en guise de souvenir de cette journée très spéciale.

«Le conseil municipal est très fier, car nous vivons aujourd'hui un beau moment dans l'histoire latuquoise, même si ce geste est relié à une tragédie. Comme sa poésie, son nom sur cet édifice de La Tuque pourra traverser le temps, afin de perpétuer sa mémoire et rappeler à tous que la violence envers les femmes n'a pas lieu d'être dans le monde. Nous remercions les membres de sa famille qui ont généreusement accepté que cet hommage lui soit rendu», a mentionné le maire de

La Tuque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer