La touche féminine de Remabec part à la retraite

Mireille Prince part à la retraite le 11... (Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Mireille Prince part à la retraite le 11 juin.

Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) Pendant 19 ans, Mireille Prince a assuré la touche féminine dans l'équipe de direction du groupe Remabec, et c'est la tête haute qu'elle quittera ses fonctions de vice-présidente à l'administration et aux relations publiques. La Latuquoise prend sa retraite jeudi.

«Je ne suis jamais allée travailler à reculons. Quand tu aimes ce que tu fais, tu n'as jamais l'impression de travailler! Les journées passent bien, les mois, les années...», lance d'entrée de jeu Mireille Prince.

L'heure de la retraite a sonné pour la Latuquoise, mais elle suivra très certainement ce qui se passe du coin de l'oeil.

«Je ne disparaîtrai pas le 12, je vais continuer de donner du coaching, parce que c'est trop important pour la continuité. Je ne pourrai pas couper le cordon, et ce n'est pas ce que je veux non plus. Il y a certaines choses que je vais suivre de côté», précise-t-elle.

Cette date de départ le 11 juin n'a pas été choisie au hasard. En 1996, c'est un 11 juin que Réjean Paré, le président du Groupe Rémabec, offrait à Mireille Prince de se joindre à son équipe, alors qu'elle travaillait à la Banque Royale.

«Il m'a dit: Présentement tu suis le livre, maintenant je t'invite à venir l'écrire». Ça, c'est venu me chercher. Et c'est vrai que c'est le fun d'écrire le livre».

Même si au départ Mme Prince ne pouvait imaginer l'ampleur du défi qui l'attendait, elle affirme aujourd'hui qu'elle l'a relevé.

Il y en a eu des projets dans toutes ces années, et certains ont marqué son passage chez Rémabec. Le premier dossier qu'on a mis sur sa table, notamment, est celui de l'usine John Lewis. Toute une expérience selon ses dires. Il y a eu plusieurs voyages également durant ces années, mais ceux en Chine ont été particuliers selon la future retraitée.

«J'y suis allée cinq fois, et c'est moi qui suis allée pour signer le partenariat. C'était toute une cérémonie! [...] Ce sont deux expériences inoubliables, parce que tu n'en as pas juste entendu parler, tu étais au coeur de l'action», soutient-elle.

Le dossier de la Côte-Nord a aussi amené son lot d'émotions. «Ç'a été des grosses années, des gros voyages!», avoue-t-elle.

Finalement, il y a eu tout le côté humain à l'expérience qui restera gravé dans la mémoire de Mireille Prince par ses rencontres de toutes sortes.

«J'ai été au fond de moi. Rémabec m'a rendue meilleure, je n'ai jamais arrêté ma croissance personnelle. Je suis fière de ce que j'ai accompli et de ce que j'ai fait», affirme Mireille Prince.

Cette dernière n'hésite pas à dire que l'entreprise est sa deuxième famille, et qu'elle va toujours le rester.

«J'ai adoré les façons de faire de la compagnie. T'avais le droit d'être original chez Rémabec. J'espère que les nouveaux vont ressentir toute l'autonomie et la liberté de faire. [...] Le coeur et l'âme de Rémabec c'est d'être proche de son monde et de ses gens. Il ne faut pas qu'il le perde ça!»

Celle qui a le bonheur facile pourra maintenant profiter librement des petits plaisirs de la vie. Elle affirme qu'il y a plusieurs petits projets, mais également beaucoup de sport.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer