Nouveau service de développement économique et forestier à La Tuque

Le directeur du service de développement économique et... (Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste)

Agrandir

Le directeur du service de développement économique et forestier, Patrice Bergeron, est en compagnie de la directrice développement et gestion des programmes, Danielle Rémillard.

Photo: Audrey Tremblay, Le Nouvelliste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(La Tuque) Un nouveau service de développement économique et forestier verra le jour en juillet en Haute-Mauricie. Les élus de La Tuque l'ont annoncé dernièrement. Cette nouvelle structure est littéralement une fusion du CLD et du service de diversification économique et forestier de la Ville. Les dirigeants veulent faire plus avec moins.

«C'est une nouvelle synergie qui est mise en place. On a chacun nos forces, chacun nos expertises. On pense que ça va créer une nouvelle force et une structure performante. [...] La diversité de nos forces va faire en sorte que le nouveau service va être efficace», souligne d'entrée de jeu Patrice Bergeron, directeur forestier et de la diversification économique à la Ville de La Tuque.

Ce dernier sera le directeur de ce nouveau service. Il sera accompagné de la directrice actuelle du CLD du Haut Saint-Maurice, Danielle Rémillard, à titre de directrice développement et gestion des programmes. Puis, on prévoit que deux employés se grefferont au service d'ici l'automne. Les défis seront grands, mais les dirigeants pensent que le regroupement des forces va être bénéfique.

«Un de nos défis sera de rendre cette structure-là la plus efficace possible et la plus performante possible avec les budgets qu'on a. Il faut continuer d'offrir des services de qualité auprès de nos entrepreneurs et continuer de faire du développement économique», avoue M. Bergeron.

«On va éviter à certaines reprises un dédoublement dans l'octroi des fonds et dans l'analyse de certains dossiers, dans le travail technique aussi. On va faire une grande équipe. Ça va être plus efficace et plus rapide pour le client et pour nous aussi», a poursuivi Danielle Rémillard.

Quant aux orientations, les dirigeants attendent les conclusions d'une étude menée par une firme indépendante avant de les cibler. Cette étude a été commandée afin de déterminer les besoins spécifiques des entreprises de la région en matière de service de développement économique.

«Les conclusions de ce rapport-là, qu'on attend bientôt, vont nous orienter dans nos priorités d'actions et dans le choix de nos conseillers qui seront mis en place», soutient Patrice Bergeron.

Le nouveau service prendra place dans les locaux actuels du CLD. Il comportera quatre parties, soit le développement des ressources naturelles et diversification économique, le développement local et régional et la gestion des programmes, le soutien aux entreprises et aux nouveaux projets et le soutien au développement des affaires et aux territoires ruraux. Il y aura aussi le développement du secteur forestier qui sera intégré à la nouvelle structure.

«J'avais cinq volets importants dans mon plan d'action qui vont être conservés. Il y a le développement de la filière biomasse, les projets de pyrolyse, la deuxième et troisième transformation du bois, le développement du secteur minier, le projet de développement technologie de l'information», a expliqué Patrice Bergeron.

Ce dernier pense que la période de changement et d'adaptation devrait se faire rapidement après la mise en place du service, le 1er juillet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer