Les Atikamekws présenteront leurs enjeux à l'ONU

Le chef de la communauté de Manawan, Jean-Roch...

Agrandir

Le chef de la communauté de Manawan, Jean-Roch Ottawa, et le grand chef de la Nation Atikamekw, Constant Awashish se feront entendre ce jeudi.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Audrey Tremblay
Le Nouvelliste

(LA TUQUE) Le grand chef de la Nation atikamekw, Constant Awashish et le chef de la communauté de Manawan, Jean-Roch Ottawa, se feront entendre jeudi matin lors de la quatorzième session de l'Instance permanente sur les questions autochtones de l'Organisation des Nations Unies (ONU). Ils présenteront devant l'assemblée les principaux enjeux de gestion du territoire et de développement durable auxquels la Nation est confrontée.

«Nous nous présentons devant cette respectable assemblée afin de témoigner des difficultés que rencontrent les peuples autochtones dans la reconnaissance de leurs droits par les gouvernements coloniaux quant à l'exploitation et à la gestion durable du territoire. C'est à titre de véritable propriétaire du territoire du Nitaskinan que nous déployons jour après jour nos efforts afin de préserver l'intégrité de nos ressources», a déclaré Jean-Roch Ottawa.

La présence des chefs atikamekws à l'ONU s'inscrit dans la démarche de la nation pour faire reconnaître ses droits ancestraux et fait suite à la déclaration de souveraineté formulée à Québec le 8 septembre dernier.

La nation atikamekw soutient qu'elle n'acceptera plus aucune exploitation des ressources sans son consentement préalable, en «s'appuyant sur le droit international qui reconnaît que les peuples autochtones possèdent des droits, notamment celui du consentement libre, préalable et éclairé».

«L'exploitation des ressources sur notre territoire a un impact irrémédiable sur l'environnement et des conséquences sociales et économiques néfastes pour notre peuple. Tout comme nos frères et soeurs d'Amérique et du reste de la planète, nous souffrons de cette dépossession. Nous ne tolérerons plus désormais d'être ignorés et traités comme un problème plutôt que comme des partenaires. L'amélioration des conditions de vie, la vitalité et la pérennité de notre peuple passent nécessairement par la reconnaissance de nos droits et la saine gestion de nos ressources», a poursuivi le grand chef, Constant Awashish.

Le peuple atikamekw occupe le Nitaskinan, un territoire d'une superficie de 80 000 kilomètres carrés, qui comprend notamment la région de la Mauricie de même qu'une partie des régions de Lanaudière, des Hautes-Laurentides, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et de l'Abitibi-Témiscamingue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer